Monroe et Olivier, une collaboration inattendue

Le 9 février 1956 a lieu au sein du Plaza Hotel de New York, une conférence des plus inattendues.
Marilyn Monroe et Laurence Olivier y annoncent leur future collaboration pour la mise en images de la pièce de l’auteur anglais Terence Rattigan : « The sleeping Prince ».
Au delà de l’association improbable entre la plus glamour des stars hollywoodiennes et d’un des plus acteurs britanniques de son temps, la surprise vient de la société productrice, les Marilyn Monroe Productions.
Alors qu’elle va commencer un nouveau film pour la Fox, suite à la signature de son nouveau contrat, « Bus Stop », Marilyn met Hollywood devant un fait : les géants du cinéma américain vont devoir désormais compter sur les envies artistiques de leurs acteurs ! Révolution à Hollywood que cela vienne de la plus grande star et surtout d’une femme dans ce monde si masculin des années 50.

09fv1956 balcon (3)

En ce jour de février 1956, Marilyn est très certainement la personne la plus puissance de l’entertainment aux Etats Unis avec toute l’influence que cela implique sur les différents pays alliés des USA de l’époque. Marilyn est à l’aube de créer un nouvel empire du divertissement.
Cependant, elle est bien loin de ces préoccupations. Ce qu’elle voit avant tout, c’est le pouvoir désormais acquis de prendre la direction artistique qui lui plaît. La blonde idiote vendue depuis le début de sa carrière va laisser place à une véritable actrice que l’on devra désormais prendre au sérieux.
Et quoi de plus sérieux que de travailler avec Laurence Olivier ! Non seulement il sera son partenaire mais aussi le réalisateur du film.
Sur ces deux points, Olivier est très respecté. D’ailleurs ce voyage sur le sol américain n’est pas anodin. S’il profite de son passage pour évoquer son futur travail avec Marilyn, il est avant tout présent pour vendre les droits de son film « Richard III » à la chaîne NBC pour la modique somme de 500 000 dollars de l’époque (équivaut à 4.42 millions aujourd’hui). Le film sortira le dimanche 11 mars 1956. La Première et la diffusion télé auront lieu le même jour ! C’est la première fois qu’une telle chose arrive.

Mais revenons à notre journée du 9 février 1956 à l’hôtel Plaza.
Ce palace est l’un des plus vieux et des plus chics de New York. Vous pouvez y faire un tour via leur site : http://www.theplazany.com/history/ pour vous en faire une idée.

La conférence se déroule en quatre étapes.
La première est l’apparition des différents protagonistes du projet en hauteur au niveau de la balustrade. Apparaît aux yeux des différents protagonistes (de gauche à droite) : Milton Greene, Terrence Rattigan, Laurence Olivier et Marilyn Monroe.
Bien évidemment, la place est très rapidement faite aux seules deux vedettes.

09février1956 balcon

La deuxième étape, Olivier et Monroe rejoignent la salle pour une série de questions-réponses. Installés à une table dressée pour prendre thé et café, les deux acteurs sont comme protégés de la foule des journalistes par une balustrade.
Marilyn attire tous les regards. Stressée (?) par toute cette agitation qu’elle fuit ces derniers mois, elle laisse Olivier lui tendre élégamment un briquet pour allumer sa cigarette.

09février1956 table interview

La troisième étape est une pause. Nous y découvrons Marilyn seule, s’amusant en haut d’un escalier, le descendant pour jouer avec les photographes dont Milton Greene et Eve Arnold pour ne citer qu’eux.
C’est à ce moment là que sa bretelle craque ! Et non comme nous pouvons le lire très souvent, durant une interview.
Laurence Olivier dira que Marilyn avait calculé son coup… peut-on vraiment en vouloir à Olivier d’avoir dit ça ? Marilyn était une pro de la communication cependant elle semble réellement gênée surtout lors de la dernière étape. Nous pouvons alors simplement constaté le grand savoir de Marilyn : faire d’un incident embarrassant, une simple anicroche au déroulement de la conférence.
Une journaliste Judith Crist lui donnera une épingle à nourrice pour « réparer » la bretelle, malheureusement celle-ci ne tient pas.

09février1956 bretelle

La dernière et quatrième étape, nous retrouvons notre couple vedette autour d’une table, certainement la même que précédemment. Cependant, les tasses et autres assiettes ont fait place à un unique micro.
De plus remarquez l’orientation, la balustrade est désormais derrière eux et non plus devant. Nous comprenons alors pourquoi la pause photographique a eu lieu : il fallait mettre en place tout le matériel, très lourd et encombrant à l’époque.

09février1956 micro

Je vous avoue très franchement, que je n’avais jamais remarqué ces différentes étapes auparavant. Pour moi c’était un seul et unique moment mais comme toujours, les photos lorsque l’on commence à bien les regarder sont une mine d’informations !

Maintenant, donnons toute notre attention à la tenue de Marilyn.
Elle porte une robe signée John Moore (déjà à l’origine du look de la soirée au théâtre du 8 février).
Cette fois-ci la sobriété est de mise. L’enjeu pour Marilyn est énorme, son look doit alors refléter sa nouvelle orientation professionnelle.
L’ensemble de velours noir est composé d’une robe à bretelles spaghettis, d’un manteau à doublure de satin crème et d’une étole vaporeuse donnant un esprit de légèreté. En accessoire, une paire de boucles d’oreille très fine de perles (?) que Marilyn portera de très nombreuses fois par la suite, ainsi qu’une paire de gants noirs qu’elle garde durant toute la conférence.
Les cheveux légèrement plaqués en arrière ajoute à l’allure une touche de modernité rappelant le statut de femme libre qu’elle vient d’acquérir. Encore aujourd’hui ce look ébloui par son intemporalité.

Durant toute la conférence, Marilyn jouera avec sa tenue.
Malgré un esprit sage, Marilyn agite toute l’assemblée lorsqu’elle décide d’enlever son manteau pour faire apparaître ses épaules et son décolleté déjà entrevu au balcon. Effet garanti !
Lorsque sa bretelle craque malencontreusement, son manteau est posé sur ses épaules pour l’interview au micro. C’est sur ces clichés que nous pouvons déceler une certaine gêne et une peur de voir sa robe se dérober. Elle maintient en permanence son manteau. La décontraction de la rencontre avec les journalistes de presse écrite semble avoir laissé place à un stress.

09février1956 par Greene

Cette tenue réapparaît sur de nombreux clichés en dehors de cette conférence.
Par exemple, une séance photos réalisée par Milton Greene très certainement ce 9 février 1956. Marilyn est accompagnée de Rattigan et d’Olivier. Seuls les gants n’apparaissent pas.
Vous pouvez retrouver d’autres photos de cette séance sur le site de Greene : « with Terence Rattigan and Laurence Olivier« .

1956 février (peut être le 09) avec Olivier et Rattigan, par greene

Toujours en compagnie de Laurence Olivier, elle va voir Susan Strasberg dans la pièce « Le journal d’Anne Frank ». Là, plusieurs dates sont avancées : le 9, le 10 ou le 19 février 1956. Personnellement, je penche plus pour le 10 février même s’il est possible qu’après la conférence ils aient pu aller voir la pièce. Si vous avez plus d’informations, faites moi signe.
NB : l’homme à la droite de Susan est l’acteur jouant son père dans la pièce.

février1956 journalannefrank

Toujours en ce mois de février 1956, Marilyn porte la robe le 22 février.
Ce jour là, elle accorde une interview à Elsa Maxwell et enchaîne avec une séance photos devenue mythique avec Cecil Beaton. Je n’en dirai pas plus maintenant, va falloir attendre encore un peu.

La tenue complète : robe, manteau, gants, étole, boucles d’oreille, fera une dernière apparition le 16 mars 1956 lors d’une party organisée par le magazine Look à Los Angeles.
Marilyn tourne alors « Bus Stop », sa coiffure en est le témoin. Cette nouvelle coupe change totalement l’effet moderne qui se dégageait durant tout le mois de février…
NB : Marilyn est en compagnie de l’acteur James Cagney sur de nombreuses photos prises lors de cette soirée, tandis que sur les deux premières elle est avec le photographe Earl Thiesen qui a travaillé à de très nombreuses reprises avec elle.

16mars1956 Lookmagazineparty

Retrouvez de nombreuses photos  et planches contact dans l’album : « MM 1956 » ainsi que sur le site de Milton Greene lors de la conférence du 9 février 1956 (Je tiens à vous notifier qu’il y a trois pages de photos sur ce site consacré à cette conférence. Regardez bien en bas à gauche de votre écran pour accéder à toutes les photos).

Allez pour finir, une courte mais charmante vidéo de cette conférence à l’hôtel Plaza.

Mise à jour du 26 avril 2016 : Après mure réflexion, j’ai mis de côté les diaporamas pour revenir à mes montages photos que je trouve au final plus pertinents et très sympathiques à faire malgré le temps qu’il me prenne. Il donne une image précise d’un évènement en en proposant une image unique composée de plusieurs… Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

Publicités

8 réflexions sur “Monroe et Olivier, une collaboration inattendue

  1. Belle enquête !
    C’est très agréable de pouvoir imaginer le déroulé de l’événement promotionnel grâce à ton découpage. J’ai vu également des photos d’Eve Arnold de ce moment là.
    Par ailleurs c’est la première fois que je vois les photos avec James Cagney, ça me fait très plaisir.
    Merci

    • Pour moi le déroulé d’un évènement est très important. Cependant je ne peux le voir que si je me plonge longuement dessus. C’est pour ça qu’à chaque dossier je m’aperçois de choses que je n’avais jamais remarqué alors qu’elles étaient sous mes yeux depuis toutes ces années ! J’ai l’impression de découvrir des secrets, c’est drôle.
      Et là je m’aperçois souvent que le travail effectué sur un évènement n’est juste qu’un empilement de photos. je l’ai fait pendant très longtemps mais depuis que je me suis lancée dans le décorticage des films, j’ai appris à regarder au delà et essayer de voir l’environnement qui entoure les photos. C’est crucial pour bien comprendre.
      Par exemple ici j’ai eu beaucoup de mal à trouver des informations sur ce voyage de Laurence Olivier aux USA. Je trouvais cela étrange qu’il vienne juste pour cette conférence. J’ai alors trouvé deux photos de son arrivée à l’aéroport de New York avec les explications de la vente des droits de son film à la télé américaine. Là je me suis dit : voilà la raison de son voyage ! Malheureusement je n’ai rien trouvé sur la durée… un jour peut-être.

  2. C’est vrai, c’est chouette d’avoir trouvé l’autre raison pour L. Olivier de venir à New York. Surtout que pour Marilyn, ce début d’année était consacré à sa société de production et au tournage de Bus Stop alors parler du Prince et de la danseuse parait un peu prématuré. Mais l’occasion était profitable pour s’afficher avec l’acteur de théâtre reconnu qu’est Lawrence Olivier.
    Cela nous montre que Marilyn pouvait convoquer la presse quand elle le voulait et qu’il y avait du monde.

    • Oui, elle avait un pouvoir énorme d’attraction surtout après avoir gagné contre la Fox. Je pense que pour tout le monde c’était juste un caprice mais elle a tenu bon et prouvé que ce n’était pas le cas et bien un enjeu majeur, celui de pouvoir gérer sa carrière à sa manière.

  3. Pingback: Marilyn au Plaza, février 1956 | Crazy for you

  4. Bravo pour la mise à jour ! J’aime beaucoup te suivre dans tes enquêtes.

    • Et bien pas trop de lauriers parce que je me suis totalement gouré sur ces photos ! Un ami m’a prouvé par A plus B que c’était bien lors de l’interview avec Maxwell.

  5. Pingback: Cecil Beaton et Marilyn Monroe | Crazy for you

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s