Ras-le-bol !

Coup de gueule que je mûris depuis deux semaines environ. Dois-je en parler ? Dois-je tempérer ma colère ? Et puis zut ! il faut que j’en parle ici : je vais vous parler de vêtements.

L’habit est depuis des siècles sujet à controverse, celui des femmes encore plus. En fait ce n’est que très récemment (à partir de la moitié du vingtième siècle) que les femmes peuvent s’habiller comme elles le souhaitent… ou presque, puisqu’en 2020 des débats ont encore lieu sur : « comment les femmes doivent s’habiller en société pour être décente ».

Tout est parti de la rentrée et de la chaleur qui l’a accompagné. Les jeunes filles se sont alors présenté en tenues légères pour ses premiers jours de classe. Scandale ! C’est bien connu que les jeunes filles sont scandaleuses aves leur tenues indécentes.
Des journalistes iront même jusqu’à dire sur des plateaux télés que les femmes habillées de cette façon « clignotent » et qu’elles ne s’étonnent pas d’être agressées !!!!!!

Nous en sommes encore là en France en 2020 ? Nous jugeons encore une femme sur sa façon de s’habiller ? Nous en sommes toujours à vouloir réguler le dressing féminin ? Nous pointons encore du doigt le vêtement féminin ?

A noter que le vêtement des garçons n’a à aucun moment été mis en lumière.

L’ironie de l’histoire c’est que beaucoup ce sont focalisés sur un vêtement qui dévoile uniquement… le ventre. Le désormais fameux crop top. Le plus ironique est que ce vêtement est un reliquat du passé.
Au moment de la polémique, j’ai regardé de vieux albums photos. Je me suis vue vêtue de crop tops au début des années 90. A l’époque cela ne dérangeait personne.

Quel est ce sursaut de pudibonderie qui pointe encore et toujours la femme ?

Le problème ne serait-il pas dans le regard ultra sexualisé porté sur le corps de la femme dans nos sociétés ?
En quoi un ventre est-il sujet à controverse ? En quoi la peau féminine prête-t-elle à controverse ?
La sexualisation est dans le regard porté et non dans la personne qui porte le vêtement.

Pourquoi trouve-t-on encore en 2020 choquant qu’une jeune fille ou même une femme ne porte pas de soutien-gorges ? Pourquoi trouve-t-on choquant qu’une fille/femme porte une mini-jupe ? Pourquoi trouve-t-on choquant qu’une fille/femme montre sa peau ?

Pourquoi quand je sors de chez moi, je réfléchis à ce que je vais porter ? Pourquoi dois-je faire face aux regards scrutateurs ? Pourquoi ai-je peur de me faire harceler ? Pourquoi n’ai-je pas le droit de me mouvoir hors de chez moi sans avoir peur de l’environnement dans lequel j’évolue ?

Pourquoi en 2020 en France, en tant que femme je dois laisser aux autres le pouvoir de décider ce que je dois : faire, dire, penser ?

Pourquoi en 2020 en France, les crop tops des jeunes filles à l’école font la Une des journaux ?

Je vais être grossière envers tous les réacs, tous les conservateurs, tous les religieux, tous les pudibonds, tous les rétrogrades et j’en passe :

Occupez-vous de vos fesses !

12 commentaires

  1. C’est exactement ce que j’aurais si j’en avais fait un article. On a pas le droit de vivre en fait. Soit on est trop provocante, soit on est trop habillée, soit on est trop soumise (je fais réf au hijab, d’ailleurs j’ai fait un article sur le pseudo scandale du hijab de sport). On vit dans un pays qui a un énorme problème d’évolution.
    J’ai la chance de travailler dans un lycée où les filles on le droit de porter ce qu’elles veulent. La CPE s’en fout de leur tenue, du moment que les élèves sont réglos, c’est ce qui compte pour elle.

    • C’est toujours le vêtement féminin qui est pointé du doigt qu’importe le sujet. Le must fut le burkini. Là la femme était trop habillée pour être sur une plage, un comble !
      Remet-on en cause l’habit masculin ? Jamais !
      Cela m’énerve !!! j’en ai vraiment ras-le-bol !
      Je crois que là je suis arrivée à un moment de ma vie où tout ce que j’ai pu garder au fond de moi sur l’oppression que je subie en tant que femme depuis ma naissance, est en train de sortir. Je ne peux plus le garder et je me rends compte qu’il faut le dire haut et fort. Si nous ne disons rien, rien ne changera. Là il fallait que ça sorte 🙂 .

      • Nan mais tu as tout à fait raison. Plus le temps passe, plus j’en ai également ras le bol. De quoi ils se mêlent bon sang ? On ne mettra jamais en cause les actions, la vie et la manière de se fringuer d’un homme. Enfin sauf s’il n’est pas trop masculin pour la société ou encore pas assez « virile » à leur yeux. C’est du grand n’importe quoi.

      • Moi comme je dis toujours : tout est question d’éducation ! Elevons les enfants de la même façon, voilà le secret… c’est une utopie mais ce sont les utopistes qui changent le monde, non ?

  2. Quel cri du cœur ! On sent l’agacement face à la polémique ambiante (qui va de toute façon s’éteindre le froid arrivant).
    Je crois qu’il ne faut pas simplifier les choses, ce que les médias ont tendance à faire bien souvent, mais bien contextualiser le débat.
    Le problème n’est pas tant le vêtement féminin (ou masculin) en soi, mais bien le contexte dans lequel il est porté. On n’interdira jamais à personne de porter le vêtement qu’il souhaite (ou pas de vêtement du tout, cf la séance de l’expo de Funès récemment ouverte aux naturistes) quand c’est approprié. La question est ici de savoir si on peut s’habiller comme à la plage quand on va au lycée. Et c’est valable pour les filles comme pour les garçons. La question ne me semble pas absurde en soi mais une fois encore, les pouvoirs publics ne définissent pas ce qu’est une tenue « décente ». D’où le flou, d’où la polémique et les comportements de petits chefs des personnels de direction.
    Et ce qui est valable pour les élèves est valable aussi pour les adultes : je suis moi même enseignant et je comprendrais qu’on me fasse des reproches si j’allais travailler en short et en tong, même s’il fait très chaud.

    • Je suis d’accord sur le principe qu’un vêtement correspond à une situation donné. Mais le problème c’est que ce sont toujours les vêtements féminins qui sont pointés du doigt. C’est toujours le corps de la femme qui se retrouve en ligne de mire.
      Moi je travaille sur l’histoire de la Mode et ce focus sur le vêtement féminin est une redondance nauséabonde du désir de contrôle du corps de la femme et par conséquent de la femme. Il est plus que temps de se défaire de ce regard malsain.
      Moi je ne trouve pas normal qu’en 2020, je sois encore à me demander ce que je dois porter pour ne pas avoir à supporter des regards, des remarques et autres.
      Et puis je ne vois pas en quoi porter un crop top est indécent ou une jupe, ou un décolleté.
      A ce moment là parlons des jeans moulant des garçons, des chemises à manches courtes, des chemises ouvertes, des shorts, des tee-shirts moulant et j’en passe. Parle-t-on de cela ? Non absolument pas.
      Je sais, je suis énervée sur ce sujet parce que là j’en ai vraiment ras-le-bol 🙂 .

      • Ce que tu dis sur le vêtement des garçons est également valable. Il y a des tenues qui ne sont pas appropriées à certains espaces publics.
        Encore une fois, le vêtement doit être en accord avec la situation et le contexte, il ne s’agit nullement de censurer quoi que soit.
        Le vêtement est un langage, il envoie des messages. Quand on choisit de mettre tel ou tel vêtement, c’est aussi dans l’intention d’être remarqué (ou pas).

  3. Je suis d’accord avec toi, c’est vraiment n’importe quoi, au lieu de progresser dans ce pays on régresse !
    Alors c’est scandaleux que les nanas portent des « crop top » ? Ou des shorts, jupes, décolletés ?
    Mais que dire alors des mecs avec le froc sous les fesses, ou en shorts moule-boules, ou encore en maillots de corps moulants ? Après tout, eux ne portent jamais de soutifs, donc c’est hyper provoquant vu qu’on voit leurs tétons pointer à travers ! Cachez donc ce sein que je ne saurais voir ! *s’évanouit avec fracas*

    • Tout à fait d’accord !!! Oui parlons du « sourire du maçon » ! c’est choquant et en plus dégueulasse !
      Par contre, je ne pense pas que l’on régresse parce qu’aujourd’hui les femmes parlent de leur ras-le-bol plus ouvertement. Elles s’expriment plus et ça c’est une très bonne chose ! Moi j’ai la quarantaine et c’est que récemment que j’ai enfin pris le courage de dire que j’en ai ras-le-bol de ce regard désobligeant de la société sur la femme. Je n’ai plus envie de garder cela au fond de moi. Cette libération de la parole est l’un des plus grands mouvements qui puissent exister. Rien que pour cela nous avançons !

      • Oui de ce côté-là il y a une avancée, mais quand je dis qu’on régresse, c’est au sujet du pataquès qui est fait autour de la tenue des femmes, qu’il s’agisse du burkini ou du crop top, alors qu’il y a quelques décennies de cela on s’en foutait (comme tu dis, le crop top était à la mode dans les années 90, bon perso j’en aurais jamais porté car j’ai toujours eu du bide et j’étais timide donc j’aurais jamais osé le montrer, mais je n’ai jamais entendu un scandale quelconque à ce sujet à l’époque)…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s