Ici la voix

Il aurait été tellement jouissif de nous présenter cette mise en quarantaine comme un Loft Story grandeur nature. Vous ne trouvez pas ? Imaginez les interventions officielles commençant par : « ici la voix ». Oui vraiment, cela aurait été plus rigolo.

Nous vivons aujourd’hui un drame sanitaire. En quelques jours j’ai l’impression d’être passée dans la Quatrième dimension.

Il y a quelques jours je vous décrivais mon séjour à Paris avec cette arrogance de ne pas avoir peur de la maladie Covid 19. Et c’est vrai. Comment avoir peur de quelque chose qui n’est pas tangible ? Le virus, je ne le vois pas, ne le sens pas, ne l’entends pas. Et puis ne dit-on pas : « la peur n’évite pas le danger » ?

Pourtant en allant à Paris j’ai eu très instantanément le réflexe de me laver plus que de raison mes mains et aussi de tousser dans mon coude. Mais pour ce qui est des distances de sécurité… que nenni.

Et puis, tout s’est accéléré. La mise en confinement m’a fait réaliser que oui, cette maladie était dangereuse, très dangereuse parce que l’afflux de malades en même temps sature les entités d’accueil de santé. Il devient alors impossible de sauver tout le monde. Encore plus quand la durée de la maladie est de 3 semaines en moyenne pour chaque malade.
On peut en sauver une grande majorité si le nombre de malades s’étalent dans le temps. Pour y arriver il faut limiter la propagation du virus. Il est très contagieux.

Nous voilà donc en confinement. Une vraie histoire de Science Fiction ! D’ailleurs je lis depuis novembre une série sur la diffusion d’un virus très contagieux et surtout très mortel qui provoque la mort de plus de 90% de la population mondiale…
Là j’avoue que la science fiction je ne la voie plus beaucoup dans le récit. Cela a un écho à mon présent qui est presque glaçant.

Mais je pense que ce confinement forcé peut aussi être perçu comme une chance ! Cela vous paraît étrange ? Pas du tout !

D’une je pense qu’il faut toujours essayé de voir le positif dans ce genre de situation. Et croyez-moi c’est une gageure pour moi, grande dépressive !
De deux, il est une façon de repenser notre vie loin de la folie qui caractérise notre époque. Celle de courir en permanence plus pour brasser de l’air que faire réellement quelque chose d’utile pour soi ou pour les autres. Celle de consommer telle des robots.

C’est une chance de réapprendre la notion du temps. Il est propre à chacun.
Moi par exemple j’ai fini par comprendre que j’aimais prendre mon temps. J’aime flâner, j’aime m’ennuyer, j’aime m’asseoir sur un banc et regarder les nuages filer dans le ciel, j’aime écouter les oiseaux, j’aime regarder les fleurs pousser…
La Nature elle-même nous montre qu’il faut savoir prendre son temps. Prenez par exemple les arbres. Certains mettent plusieurs vies d’humains avant d’être adulte.
Alors que nous vivons dans nos sociétés modernes de plus en plus vieux nous ne cessons de courir. Pourquoi ?
Et bien durant ce confinement répondez à cette question. Cela vous fera du bien. Vous remettrez à jour vos priorités. Vous ressentirez le mouvement qui vous est propre.

C’est une chance pour prendre conscience que nous faisons partie d’un tout. Nous ne sommes pas au dessus de ce qui fait ce monde. La preuve en est la destruction incessante de notre environnement par notre imbécile pensée de nous croire une espèce à part.
La mise en sommeil de nos activités économiques donnent des résultats stupéfiants sur la production des gaz à effet de serre. Des images satellite incroyables montrent la quasi disparition de ces gaz au dessus des zones mise en confinement : Wuhan, la Lombardie.
Comment pourrons-nous dire ensuite : « il n’y a pas de preuves de l’impact des activités humaines ».

Cette période est difficile mais je suis sûre qu‘il en ressortira du bon, même du très bon.

Cet instant c’est vivre l’Histoire (avec un grand H) en live. Nous sommes à un tournant.
Qui aurait imaginé qu’un jour notre monde moderne serait arrêté par un virus ?

Je vous souhaite à tous bon courage !

 

View this post on Instagram

DJ Kitchenette

A post shared by Michel Denisot (@mdenisot) on

 

Publicité

3 commentaires

  1. Bon courage à toi aussi pendant cette période particulière.
    Je dois avouer que de mon côté ça me fait du bien de couper un peu par rapport au travail qui devient de plus en plus difficile à vivre au fil du temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s