Ca c’est Paris !

Ce séjour était prévu depuis des mois, Madonna me promettait un intime moment au Grand Rex. La vie en a voulu autrement. Mais Madonna ou pas, Paris m’attendait.
Même pas peur du coronavirus, direction la capitale, ses musées, ses rues et ruelles remplies d’histoire. Avec les années je suis tombée amoureuse de Paris. J’ai appris à la découvrir, à l’explorer.
Paris pour moi, c’est avant tout les musées et plus particulièrement les expos temporaires. Ce séjour m’a offert de très belles surprises.


Direction le Musée des Arts Décoratifs (MAD) pour deux expositions bien différentes.

  • Tout d’abord, « Marche et démarche » qui demande : « Comment femmes, hommes et enfants marchent-t-il à travers le temps, les cultures et les groupes sociaux ?« .
    Particulièrement étonnante, cette exposition m’a appris énormément sur notre relation à la chaussure. Les préoccupations d’aujourd’hui sont bien loin de celles d’hier. Incroyable.
    J’ai été particulièrement tourmentée par l’espace dédié à ce besoin de faire rétrécir les pieds et plus particulièrement ceux des femmes.
    Bien évidemment, on pense tout de suite aux femmes chinoises et leurs pieds bandés. Critère de beauté atroce, les pieds dit « fleur de lotus » devait mesurer 10 cm. Un moulage réalisé au XIXème siècle m’a donné des sueurs froides.
    Puis la légèreté reprend le dessus avec des extraits de films dont la scène de « Some like it hot » de l’arrivée sur le quai de Marilyn. Gros fou rire avec les publicités Eram dont celle-ci que j’avais oublié.
  • Ensuite, « Harper’s Bazaar, premier magazine de mode ». Cette fois c’est l’histoire d’un très célèbre magazine américain encore édité de nos jours.
    L’exposition se décline en plusieurs tableaux qui représentent chaque décennie depuis la création du magazine en 1867.
    Des vitrines sublimes présentent les modèles présents en couverture ou dans le magazine. Pour les férus de mode, c’est un délice pour les yeux.
    Bien évidemment les photographes sont de la partie avec notamment cette vitrine représentant la fameuse photo à l’éléphant signée Richard Avedon.
    J’avoue que ce qui m’a le plus intéressé fut jusqu’aux années 60 et Courrèges même si toute la partie consacrée à Fabien Baron qui a réinventé le magazine au début des années 90 m’a enthousiasmé.
    Cependant je ressens une déception à la sortie de l’expo. Je trouve que la place à l’image n’est pas assez importante au regard de l’incroyable histoire photographique du magazine. Les tenues sont mises en avant au détriment des couvertures du magazine. Dommage. Cela n’en demeure pas moins une magnifique exposition.
    NB : Marilyn était une nouvelle fois présente dans un extrait vidéo des « Hommes préfèrent blondes »… celui avec la tiare.

Je change de musée, direction la Cité de l’architecture pour une magnifique exposition sur « Otto Wagner, maître de l’Art nouveau viennois ».
Le sujet traité est beaucoup moins mainstream que les deux expos précédentes. Pourtant il est extrêmement intéressant pour peu que vous vous intéressiez à l’univers urbain, au mobilier, au design.
Otto Wagner passa sa vie à vouloir réinventé la ville. Ses idées étaient surprenantes et souvent en désaccord avec le parti pris de son époque malgré un semblant de classicisme.
Il créa avec d’autres un mouvement pour le moins explicite : « Sécession ». Il fut en compagnie de Gustave Klimt et Moser qui réalisèrent de nombreux visuels pour des livres, des magazines, des expositions de ce mouvement.
L’exposition se compose de croquis, de dessins d’architectes, de maquettes, d’affiches, de mobilier, de reconstitution. Une mine d’informations, un régal pour les yeux.
Une grosse envie d’aller à Vienne !


Un autre musée attend ma visite : le musée de l’Homme. Cette fois-ci j’ai fait l’exposition temporaire « Je mange donc je suis » ainsi que l’exposition permanente.
Cela faisait longtemps que je souhaitais visiter ce lieu dans sa globalité. Dernièrement je me prend de passion pour les origines de notre espèce, cette visite était donc primordiale pour moi !
C’est un lieu passionnant où les découvertes s’enchaînent. Il faudrait le faire en plusieurs fois pour bien appréhender toutes les données véhiculées ici.
Des mises en scènes ludiques gardent l’esprit éveillé. Je pense notamment à ce mur de langues qu’il suffit de tirer pour entendre les différents dialectes qui font le monde.
Une immersion indispensable pour tordre le cou à toutes ces idées pour le coup préhistorique de différenciation des êtres humains. Nous sommes une seule et même espèce bon sang !

L’expo temporaire était très intéressante mais j’avoue que l’enchaînement des deux a été épuisant. Nous sommes passés à côté de beaucoup d’informations sur notre relation à la nourriture. Nous avons tout de même bien rigolé et nous avons eu envie de dévorer des gâteaux majestueux. A voir, c’est passionnant.


J’ai visité une dernière exposition mais cette fois-ci dans une galerie privée. Celle d’Azzedine Alaïa. J’y vais très régulièrement, je suis toujours éblouie.

Cette fois-ci c’est une discussion : « Alaïa et Balenciaga : sculpteurs de la forme ». C’est pour moi l’occasion de voir de très près des vêtements signés Balenciaga.
La mise en scène est merveilleuse. On plonge dans un labyrinthe de transparence. La découverte est permanente.
Comme toujours il y a peu, voir personne en ma compagnie, je peux donc profiter pleinement des robes, des manteaux, des vestes et autres exposées.
Pas de vitres non plus, je peux regarder les détails, me pencher pour voir l’arrière. Petit détail supplémentaire, pour cette exposition le premier étage est ouvert pour nous faire découvrir les croquis de tenues de Balenciaga présentées au rez-de-chaussée.
Je suis comme toujours ravie ! A découvrir si vous ne connaissez pas.


Les expos sont terminées mais pas les découvertes !!! Les rues de paris regorgent d’endroits qui n’attendent qu’à être trouvés.
Depuis deux ans, je me plaît à faire une liste de lieux à voir, à admirer, à explorer.

  • Pour ce séjour j’ai souhaité poursuivre ma découverte des passages couverts de Paris. Si certains m’ont parus fade dû à leur mauvais état, un à particulièrement retenu mon attention : la Galerie Vivienne 4 rue des petits champs dans le 2ème arrondissement.
    Je vous conseille vraiment cette visite qui vous plongera à la fin du XIXème siècle. Une vraie carte postale vivante !
  • Un joli endroit si vous souhaitez faire une pause : le Procope 13 rue de l’Ancienne Comédie dans le 6ème arrondissement.
    Cette institution parisienne fut fondée en 1686. Ce qui en fait le plus vieux café de Paris. Son histoire a profondément été marquée par la Révolution. Si vous prenez juste un café ou un thé (bon rapport qualité/prix), allez aux toilettes à l’étage vous pourrez voir de très belles salles et surtout des anecdotes sur la vie de cet établissement. Le petit truc rigolo : sur les toilettes point de femmes ou hommes pour les signaler, mais des citoyennes et des citoyens 🙂 .
  • Je vais finir par une exploration souterraine incroyable : les Catacombes !
    J’en rêvais depuis très longtemps. Les Catacombes sont comme un mythe. Elles sont l’envers de la ville, une curiosité. Sachez qu’elles sont la plus grande nécropole au monde.
    Avec mon mari nous avons fini par y aller. Nous avons bien fait parce qu’en raison du coronavirus, l’accès fut très rapide. Point de file d’attente donc une visite calme, à notre rythme nous attendait.
    De nombreuses marches à descendre, un très long couloir à parcourir pour enfin voir cet amoncellement improbable de crâne, de tibias, de restes humains. Contrairement à ce que je pensais, cela ne m’a pas perturbé.
    Cependant, il y a quelque chose d’étrange surtout au vu des motifs créés à l’aide des crânes. Mais ce n’est pas lugubre.
    Sincèrement, allez-y au moins une fois dans votre vie. C’est une expérience incroyable. Et mon dieu, quel calme.
    Par contre si vous êtes un peu grand comme mon mari et moi, méfiez-vous de la hauteur basse des plafonds. Dans certains endroits j’ai dû me courber.
    Bien consulter le site pour voir toutes les contre indications à une visite. On est à plus de 20 mètres sous terre.

J’ai découvert plein d’autres choses au détour de rues. Paris est un musée à ciel ouvert. Il suffit de lever les yeux.
Les lieux ne se trouvent pas forcément dans les guides. Moi je les découvre en regardant des reportages et autres documentaires diffusés à la télé. Soyez curieux.

Je sais que là, question visite de musées et autres, c’est plus tôt la galère. J’ai d’ailleurs pu constater que tous les musées sont fermés jusqu’à nouvel ordre. J’ai donc dans mon malheur (l’annulation de mon concert de Madonna) eu beaucoup de chance.

En tout cas cela m’a confirmé une chose que je sais depuis longtemps : ne repoussez jamais quelque chose que vous pouvez faire maintenant. La vie est beaucoup trop courte et surtout très imprévisible !

Si nous devions retenir une seule et unique chose de cette histoire de coronavirus c’est : « PROFITEZ DE LA VIE ! ».

5 commentaires

  1. Merci pour ce magnifique partage. Les deux premières expos que tu nous présentes sont sur ma liste des expos à voir, malheureusement là tout de suite je ne sais pas quand je pourrai y aller au vue de l’actualité et des restrictions de déplacements… Bonne fin de journée.

    • Et bien oui c’est très compliqué. Pour « Marche et démarche » malheureusement ce ne sera plus possible parce qu’elle prenait fait dans une semaine si je ne me trompe pas.
      D’une certaine façon j’ai eu la chance d’aller avant les dernières restrictions de déplacement.
      J’espère que cela ne va pas durer trop longtemps cette histoire !
      Bon courage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s