La « new romance »

Récemment j’ai commencé à lire de la « New Romance » (même si sans le savoir j’en lis depuis bien longtemps).

J’en entend déjà certain : qu’est-ce que c’est que ce machin ?, et pourquoi « new » ? La romance c’est de la romance, non ? Si nouvelle il existe, cela veut dire qu’il y en aurait une vieille ?

Et bien oui ! Il existe une vieille et une nouvelle romance que ce soit au niveau littéraire ou autre.

Jusqu’à l’arrivée à la fin des années 90 de la série « Sex and the city », la romance et bien c’était plus tôt Barbara Cartland et ses récits à l’eau de rose.
Dans ses histoires, le summum de l’érotisme consistait en un chaste baiser et encore là c’était vraiment osé. En soit, il était presque inconcevable de penser que les femmes avaient une sexualité et pouvait exprimer le désir d’autre chose qu’un baiser du prince charmant.
Avec « Sex and the city », tout à coup la société prenait conscience que les femmes avaient une sexualité et qu’elles en parlaient ! Elles aussi pouvaient avoir un coup d’un soir. Elles aussi fantasmaient sur les jolis petits culs qui passent devant elles. Elles aussi éprouvaient du désir.
Une femme ne pense pas qu’au mariage et au nombre d’enfants qu’elle va avoir… Et ça, cette série l’a fait éclater au grand jour.

rs_664x1024-160810115819-534-sex-and-the-city-cast

De là toute une industrie s’est mis en branle. Si la romance érotique existait déjà, en ce début des années 2000, elle va exploser et se trouver un nom : la « new romance ».

Ce nouveau style va aller explorer les sentiments et surtout les sensations éprouvées par les héroïnes et les héros. Femmes et hommes vont nous livrer leurs ressentis pour leur moindres actions y compris (et surtout ?) sexuelles.

Parce que soyons franc, la différence avec la bonne vieille romance c’est bien l’activité sexuelle explicite des protagonistes et surtout celle des femmes. Et c’est ce qui plaît.
Les personnages expérimentent, expriment leurs sensations.
Aimer ce n’est pas juste sentir son coeur palpiter. C’est aussi éprouver du désir envers l’autre, aimer qu’il s’approche de vous, vous touche. C’est jouir de sa présence. Parfois l’attirance physique est d’abord le seul attrait, ensuite peuvent venir les sentiments.
Avec la New romance on s’autorise à prendre du plaisir dans sa relation à l’autre. Pour les femmes c’est en quelque sorte une révolution.

En tant que femme, votre sexualité est souvent conditionnée au plaisir masculin. L’éducation sexuelle des filles ne se fait malheureusement pas dans l’épanouissement personnel. Notre jouissance est soumise à celle de l’autre. Dès toute petite on apprend aux filles à faire passer son entourage avant elle. Une fille et plus tard une femme doit prendre soin de sa famille avant tout. Ce n’est pas pour rien que les métiers où l’on retrouve le plus de femmes sont ceux dédiés aux services à la personne. Ce n’est pas un penchant naturel mais bel et bien une éducation.

Avec les années, les femmes ont commencé à prendre en charge leur sexualité et à l’exprimer. Forcément les bluettes où « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » sans avoir ne serait-ce consommer avant, semblent bien désuètes.image-articlePourtant la New Romance ce n’est pas si rose que cela. Ce style véhicule de très nombreux stéréotypes qui pour moi sont dangereux.

Le plus affolant pour moi est d’insister sur le schéma : l’homme est riche, expérimenté et la jeune femme est pauvre, inexpérimentée. Si effectivement l’héroïne a une sexualité, elle reste sous la domination masculine. Le plus bel exemple récent est « Fifty shades of Grey ». En plus dans ce récit, il est question de domination pure par l’intermédiaire des pratiques sado masochistes. Notons que ces pratiques sont initiées par l’homme et non par la jeune femme.50-nuances-de-grey-affiche-52e63a5464019Pour revenir au schéma de l’homme riche, cela me désole beaucoup. S’il peut être amusant d’avoir ce genre de récit, je le trouve très puérile et répétant sans cesse la même histoire où l’homme va sortir de la misère et par conséquent de la nullité de sa vie la pauvre fille. C’est lui qui détient tous les pouvoirs : celui de l’argent, de la position sociale, de l’expérience sexuelle parce que vu qui il est il connaît tout.
Rajoutons dans ce schéma que l’homme est toujours plus âgé que la femme.fashion-men-jacket-1Autre cliché qui me trouble grandement est l’archétype masculin décrit. Je ne voudrai pas faire de mal à toutes les jeunes femmes qui peuvent me lire mais les mecs qui sont décrits dans ces romans et bien ils n’existent pas vraiment dans la vraie vie.
Dans ces histoires, l’homme est plus que beau gosse, c’est une statue grecque tatouée avec du style de plus d’un mètre quatre vingt, cheveux courts, légèrement poilus, souvent avec une barbe naissante, un regard perçant, inquisiteur même, et bien sûr avec un charisme qui vous balaie tout sur son passage. J’allais oublier… en plus il est riche !cover new romancePersonnellement je pense que cela crée une frustration énorme chez les jeunes femmes qui lisent ces récits parce que la réalité est tronquée. Bien sûr qu’il existe des hommes qui correspondent à ces critères mais franchement pas tous en même temps. Pour moi c’est la même chose que de faire croire aux garçons que la femme idéale doit ressembler à Barbie. Si vous cherchez ce type d’homme vous allez être déçues, c’est un fantasme, une chimère. Mais cela ne veut pas dire que vous ne vivrez pas une histoire aussi passionnante que celle décrite dans ces récits 😉 .

Un dernier stéréotype qui au final m’amuse vraiment beaucoup.
Il a trait aux actes sexuels qui sont décrits. Je ne sais pas vous mais la façon dont ils sont racontés, je me dis de plus en plus souvent : « je ne vis pas dans le même monde, ce n’est pas possible ». Je ne parle pas ici des pratiques à proprement parler mais de l’acte en lui-même.
Chaque rapport se termine dans un coït monumental où la femme jouit à chaque fois. Si cela vous arrive je suis très heureuse pour vous mais sans me tromper je crois que la réalité est malheureusement bien différente. Je pense même que les hommes peuvent en attester largement.fMais ce n’est pas tout ! Nous pouvons encore ajouter un effet spécial. Soit les deux amants jouissent ensemble, soit l’homme attend patiemment que la femme jouisse pour jouir à son tour !!! Bon là clairement, c’est de la science fiction. Quand ? à chaque rapport sexuel dans un couple les deux jouissent en même temps ou l’homme attend toujours la femme ?
Nous sommes d’accord, c’est de la fiction, non ?

Je voudrai finir par dire que si cette littérature a pour cible les femmes, messieurs n’hésitez pas à lire ces romans. Non seulement les histoires pourraient vous plaire mais elles vous permettraient de mieux cerner les désirs des femmes, ce qui leur fait et leur donne du plaisir. En comprenant mieux la sexualité féminine, votre sexualité n’en sera que plus palpitante 😉 .

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s