Marilyn et Milton Teaser

Très prochainement, vous pourrez lire mon avis à propos du nouveau livre sur Marilyn Monroe : « Marilyn inédite – Milton H. Greene ». (Soon, you will read what I think about the new book about Marilyn Monroe : « The essential Marilyn »).

J’ai énormément de choses à partager à son propos. Je suis très enthousiaste et en même temps déçue. (I have many things to share about it. I’m very exciting and in the same time I’m disappointed).
J’ai encore un gros travail à faire sur des montages photos pour tout bien vous expliquer mon avis ainsi que la traduction en anglais. (But before I have to do many things to explain my opinion : photomontage and translate everything in english).

En attendant, une petite vidéo. (A video to wait for).

Publicités

4 réflexions sur “Marilyn et Milton Teaser

  1. Je ne sais pas si tu seras du même avis que moi sur ce livre que j’attendais avec impatience. Pour faire simple, je suis très déçu. Non pas par le choix des photos de ces 50 séances : ces clichés sont formidables et la majeure partie m’a semblée inédite, sur certains on voit des nuances d’expression sur le visage de Marilyn que je ne lui connaissais pas. Le travail de Milton était celui d’un grand photographe et Marilyn un modèle insurpassable, tous les clichés en sont la preuve. Ce qui me déçoit, terriblement, c’est le choix de « nettoyage » et de « restauration » digitales des négatifs par Joshua Greene et l’équipe qui a travaillé dessus. Beaucoup des photos sont retravaillés avec des couleurs qui sont artificielles, un peu comme un film N&B colorisé. Les yeux de Marilyn notamment, sont d’une couleur bleue totalement fausse et vulgairement accrocheuse. Les couleurs revues par la digitalisation vous suatent aux yeux et écrasent complètement l’image elle-même. Marilyn, du coup, en semble comme pétrifiée, transformée comme en statue de cire. Il n’y a plus de vie là-dedans, c’est lisse, facile, racoleur. Les photos N&B sont globalement plus conformes à ce qu’elles doivent être, sauf dans le cas où le choix a été fait de baigner la photo dans un flou artistique ignoble. Bref, d’extraordinaires photos massacrées pour certaines par un choix éditorial mochement marketing. J’aurais vraiement voulu aimer ce livre, je ne l’aime pas et j’en veux à Joshua Greene. Marilyn (et Milton) méritaient mieux…

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi, cela paraît parfois absolument irréel. Je te rejoins à 100%. C’est une très grosse déception eut égard au travail de Greene. En fait même si l’informatique fait des miracles, cela reste une machine qui restitue un travail humain. D’ailleurs dans l’intro, Joshua Greene explique quelques manies de son père sur le rendu voulu. Et c’est surprenant.
      Pour moi ce travail de restauration s’apparente aux versions Blu-Ray des vieux films en Technicolor : cela n’a plus d’âme. Cependant j’avoue tout de même que sur certains clichés, le rendu final n’est pas si vilain que ça.
      D’accord aussi sur l’ignoble « flou artistique » sur quelques photos en noir et blanc : beurk.
      De toute façon, Joshua Greene n’est pas Milton Greene donc il ne peut pas se mettre à la place de celui qui a pris ces photos. Pour moi le seul qui aurait pu effectuer ce travail colossal de restauration, c’est bien Milton. Difficile voir impossible de se mettre dans la peau de l’artiste même si on est son fils.

      Mais pour moi il y a encore pire ! Et oui, pour moi les retouches photos sont loin, très loin d’être le gros point noir de ce livre… Je ne dis rien pour l’instant. Un peu de patience sera vite récompensée.

      Cependant, cela reste un très bel ouvrage. De ceux que l’on aimerait voir plus souvent sur Marilyn… et sur d’autres ! Moi je rêve d’un beau livre comme cela sur le travail de Richard Avedon avec Marilyn. J’en ai des frissons rien que d’y penser.

      On en reparle quand je poste mon avis. Tu me diras ce que tu en penses.

  2. Je suis pressé de savoir ce que tu reproches encore plus au livre que les photos retouchées… En fait, je me rends compte que j’ai été tellement déçu par le traitement digital infligé aux négatifs que je n’ai plus vraiment envie de rouvrir ce livre qui est vraiment, comme on dit là-bas, « a missed opportunity ».

    • ça arrive, ça arrive. Je suis depuis aujourd’hui sur la traduction en anglais (qui pour moi n’est pas forcément chose facile mais bon j’apprends des choses). Il me reste ensuite à faire tous les montages photos (et dieu sait que j’en ai à faire) pour que tout soit bien clair.
      Moi je vais encore le feuilleter parce que malgré tout c’est vraiment un très beau livre et au vu des belles pages que nous avons, je vais jouer à regarder les détails 🙂 Je suis aussi très contente d’avoir certaines photos que j’avais juste vu en petit format sur le net. Mais force est de constater que je ne suis pas dans un enthousiasme grandiloquent.
      Donc j’espère pouvoir poster mon article d’ici vendredi soir. Arriveras-tu à attendre ? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s