Marilyn, Barris et Pucci

 A l’été 1962, Marilyn pose devant l’objectif de George Barris pour plusieurs séances.
Elle porte pour l’occasion des vêtements de sa propre garde robe. Celle-ci est exclusivement composée de vêtements signés Emilio Pucci.

1962-barris

Emilio Pucci est un marquis de la noblesse italienne. En 1947, il réalise une combinaison de ski pour une amie. Celle-ci est photographiée par Toni Frissel qui travaille pour Harper’s Bazaar, grand magazine de mode américain. La maison Pucci est lancée dès le début des années 50.
Emilio Pucci est le précurseur de la mode sportswear chic. Ces vêtements sont très confortables tout en gardant une ligne impeccable.
Cependant ce qui va faire la grande renommée de Pucci se sont ses imprimés incroyables et les couleurs qui y sont associées.
D’une vitalité exquise, la signature Pucci va marquer les années 60 de son empreinte.

emilio-pucci

En ce début de décennie des années 60, Marilyn est une des premières à se jeter sur les collections Pucci. Il faut dire que malgré une image très « glamour hollywoodien » avec ses tenues à paillettes, cousues sur son corps, et autres décolletés plongeant, Marilyn affectionne le confort d’un vêtement.

Aujourd’hui nous connaissons nombre de photos la montrant dans des tenues très loin du glamour. Marilyn affectionnait les pantalons dans sa vie de tous les jours. Elle aimait les hauts simples, fluides.
Pucci va lui apporter en plus du confort, une élégance unique. Forcément, Marilyn craque complètement pour cette nouvelle tendance.
Mais la question demeure : comment est-elle venue à Pucci ? A-t-elle pris connaissance via des magazines ou autres articles de cette maison ou quelqu’un l’a influencé ?

Si nous regardons les photos, Marilyn commence à porter du Pucci devant les caméras à compter de mars 1961. Les photos de Marilyn en compagnie de Joe DiMaggio en Floride, la montre portant ses nouveaux vêtements Pucci.

A l’entraînement.
1961-floride-baseball

Sur la plage avec le chemisier que j’adore.
1961-floride-plage

Dans la rue. Elle porte un haut à manches très courtes.
1961-floride-sortie

Fort à parier que le maillot de bain doit aussi être de la maison Pucci. Je trouve qu’il est la copie conforme de celui porté lors de la séance avec Barris sur la plage de Santa Moncia… les bretelles en moins. Mais peut-être pouvait-on les enlever ou les mettre à l’envie ? Qu’en pensez-vous ?
1961-floride

A l’époque, personne ne remarque pas plus que ça cette nouvelle affection de Marilyn pour la maison Pucci. Pourtant, Marilyn préfigure ce que sera la décennie. Fini l’engoncement, vive le mouvement libéré. Pucci va régner en maître sur les années 60 et 70 avec ses imprimés et couleurs psychédéliques.

Tout le monde va prendre conscience de l’amour de Marilyn pour Pucci avec la vente de Christie’s en 1999.
Un dressing presque complet de vêtements singés Pucci est proposé à la vente. Moment unique pour apercevoir une dernière fois tous ces trésors réunis.
J’ai eu la chance unique de pouvoir aller les admirer lors de la venue de l’exposition temporaire à Paris.

1999-christies-paris

Il y avait aussi le bas du maillot de bain ainsi que le gilet qui lui par contre n’est pas signé Pucci mais qui est indissociable de cette séance photo sur la plage.

1999-christies-paris00

Le chemisier que j’adore est actuellement visible à Amsterdam. Il appartient désormais à la collectionneuse Maite Minguez Ricart.2016-amsterdam-exhibition

Il serait très amusant de regarder un par un les vêtements proposés lors de cette vente et de les retrouver sur des photos. J’avoue que c’est un projet mais cela prend vraiment beaucoup de temps…

Si vous voulez retrouver les photos de ce post, allez visiter les albums : « MM par Barris »et « MM expositions » ainsi que « MM 1961 ».

Pour retrouver Emilio Pucci visitez les sites suivant : Taschen, Vogue, Pucci.

Publicités

3 réflexions sur “Marilyn, Barris et Pucci

  1. Superbe article je ne connaissais pas les tenues de Pucci, cela permet de connaitre un peu plus ces facettes de ce fascinant personnage qu’est Marilyn.
    Bonne journée

    • C’est un élément essentiel de la compréhension de Marilyn. Même avec ses robes très moulantes, elle aimait la liberté de mouvement. Elle adorait cette nouvelle mode des années 60.

  2. Pingback: Barris on the cover of a magazine | Crazy for you

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s