En route vers Bement !

Dans le cadre de notre calendrier maison « Marilyn Monroe 1955 », le mois d’août se présentait avec le joli sourire de Marilyn entre deux représentants de la loi.

06081955 bement illinois (1)Cette photo somme toute incongrue et amusante fut prise lors du voyage de Marilyn dans la petite bourgade de Bement dans l’Illinois, le 6 août 1955.

Comment Marilyn Monroe, alors la plus grande star hollywoodienne, rapportant des millions de dollars à la Fox, ayant des milliers de lettres de fans par semaine, s’apprêtant à mettre à genoux la Loi des Studios, se retrouva-t-elle dans ce coin pommé de l’Amérique profonde ? Retour sur un voyage rocambolesque.

Depuis la fin de l’année 1954, Marilyn a quitté Los Angeles pour s’installer à New York, gage de reconnaissance professionnelle pour l’actrice qu’elle désirait devenir. Dans cette nouvelle vie, pleine de rencontres artistiques, elle fait la connaissance de Carleton Smith, le directeur (et créateur) de la « Fondation Nationale des Arts ».
En août 1955, il arrive à convaincre Marilyn de faire un périple dans sa ville natale : Bement, pour « faire entrer l’art dans la vie des habitants de cette petite ville » (dixit Eve Arnold).

Pour information, Bement du comté de Piatt dans l’Illinois, n’est pas une ville anodine. Elle se retrouve au coeur de l’histoire américaine lorsqu’en 1858, Stephen A. Douglas (sénateur démocrate) et Abraham Lincoln (avocat fraîchement nommé par le tout nouveau parti Républicain) se mettent d’accord pour une série de débats dans une maison de cette ville de Bement. Ces débats qui eurent lieu dans différents états, ne virent pas la victoire au Sénat de Lincoln mais ils le firent connaître et mirent en route l’Histoire de ce grand homme.

En fait, Smith avait omis de dire à Marilyn que la ville fêtait en cet été 1955, son centenaire. Les festivités s’étalant sur une semaine se finirent le 6 août. Il est incontestable que Smith joua de la très grande popularité de la star pour promouvoir cet évènement somme tout mineur, à un niveau national. Comme le dit Eve Arnold : « c’était une vraie escroquerie ».

1955 bement centenaire programmeMais la proposition de Smith était bien alléchante pour la star alors en pleine recherche de reconnaissance artistique. Toute émoustillée par ce challenge de « sensibiliser les masses populaires à l’art », elle téléphona à Eve Arnold à quatre heures du matin pour lui dire qu’elle s’envolait le jour même pour Bement, et qu’elle désirait l’avoir avec elle pour des photos exclusives. Arnold, à moitié endormie, accepta.
En plus de Marilyn et Eve, se trouvait Peter Leonardi, homme à tout faire de Marilyn (chauffeur, coiffeur, assistant…), et bien évidemment Carleton Smith.

06081955 bement avec sa troupeCette petite troupe partie de l’aéroport de La Guardia à 10 heures du matin. Arnold explique que tout le monde dû se lever très tôt puisque Marilyn venait du Connecticut et elle-même du nord de Long Island. Le voyage fut très long.
Une escale à Chicago était nécessaire, elle dura deux heures. Eve explique que c’était l’horreur, la presse ayant été prévenue, c’était de la folie pure, tout le monde voulait approcher, toucher, avoir un autographe de Marilyn.
Elles se retrouvèrent dans les toilettes de l’aéroport pour avoir un peu de calme et de tranquilité. Arnold en profita pour faire quelques clichés extraordinaires de Marilyn robe relevée, montrant sa culotte, essayant de se recoiffer et se maquiller.

06081955 escale à Chicago06081955 toilettes aéroport Chicago, par Eve Arnold

Après deux heures d’attente, direction l’aéroport de l’Université de l’Illinois dans le comté de Champaign, à bord d’un petit avion de la Ozark Airlines. C’est très certainement à bord de celui-ci qu’Arnold pris les clichés de Marilyn se refaisant une beauté, parlant et s’endormant.
Arrivée à l’aéroport, à nouveau la presse et la foule. Mais là pas trop le temps de prendre la pause, une voiture et l’escorte de motards du gouverneur les attendaient pour rejoindre Bement à une trentaine de kilomètres de là.

06081955 en route vers Bement par Eve Arnold 06081955 Marilyn arrive à l'aéroport du conté de Champaign

Arrivée enfin à Bement, Marilyn était épuisée par toute cette agitation qui l’entourait depuis leur départ. De plus s’ajoutait des problèmes de santé. Selon Eve Arnold, Marilyn souffrait à ce moment là d’une affection rénale pour laquelle elle prenait des médicaments. Malheureusement, elle les avait oublié à New York ! Ses chevilles se mirent à enfler.
Carleton Smith les installa dans une maison, certainement la sienne, le temps de prendre un peu de repos. Marilyn demanda une bassine dos, mangea un peu, notamment du raisin, et s’assoupit un moment dans un lit.
Cependant avant d’y arriver, elle dû faire le show : poser avec la population et autres personnalités du coin, accorder des interviews…

06081955 à Bement06081955 à bement 0006081955 bement interview06081955 bement se repose

Après avoir repris des forces, Marilyn joua son rôle à la perfection. Assaillie de toute part par la population médusée de voir une aussi grande star venir en personne dans leur petite bourgade, elle ne se départi à aucun moment de son sourire et de sa gentillesse.
Elle visita la fameuse maison qui accueillie Lincoln et Douglas pour la préparation de leurs débats ainsi que le Fine Arts Museum et certainement la Walgreen Lincoln Collection. Elle accorda encore de nombreuses interviews.
A 19h15, un concours particulier prit forme : plusieurs hommes s’étaient laissé pousser la barbe pour devenir un représentant fidèle de Lincoln. Marilyn sera l’un des membres du jury…
Vous remarquerez sur de nombreuses photos que Marilyn est accompagnée par l’un de ces barbus. Il s’agit du président du Comité d’organisation du Centenaire de la ville, Clark Plummer.
Avant ou après ce concours, Marilyn fit un discours sur Lincoln qu’elle avait écrit durant son périple depuis New York. Pour une raison que j’ignore encore, Marilyn avait une passion particulière pour ce personnage clé de l’histoire américaine. Elle avoua d’ailleurs plus tard que Miller lui plaisait énormément parce qu’il avait un air d’Abraham Lincoln…

06081955 bement maison lincoln-douglas conférence 06081955 bement fine arts museum   06081955 Bement, concours de barbes06081955 Marilyn avec Clark Plummer

Après toute cette folie, Marilyn était épuisée. Elle n’avait qu’une idée en tête : partir. Malheureusement, le mauvais temps cloua au sol le petit avion qui devait les ramener. Carleton Smith ne perdant pas le nord insista pour que Marilyn passa la nuit sur place. Eve Arnold voyant le désarroi de la star, s’enquit des avions décollant de Chicago le soir même, il y en avait un à 23 heures. Après quelques tractations, la voiture du gouverneur et son escorte de motards se mirent au service de la petite troupe, ils avaient une centaine de kilomètres à faire en une heure trente.
L’avion les attendait sur le tarmac, tous les passagers étaient endormis, ils ne purent reconnaître la célébrité qui venait de retarder de 10 minutes le décollage…
Marilyn, Eve et Leonardi arrivèrent à New York à deux heures du matin, épuisés mais ravis. Avant de se quitter Marilyn serra Eve dans sa bras, et la remercia de lui avoir éviter une nuit dans l’Illinois.

06081955 part de Bement

Vous pouvez retrouver le récit complet de ce voyage dans le livre d’Eve Arnold « Marilyn for ever » (pour l’édition de 1987) et « Marilyn Monroe » (pour la dernière édition en date avec de très jolies photos en couleurs de ce voyage).

marilyn par Eve arnold livres

J’allais oublier aussi le magazine Photo du mois d’octobre 1977, dans lequel Eve Arnold faisait pour la première fois le récit de ce voyage.

PHOTO oct1977


Après ce récit passionnant, d’autres petites informations sur Bement et Marilyn.

Pour vous rendre compte où se trouve cette petite ville qui marqua la vie de Marilyn en ce 6 août 1955, et le voyage parcouru, voici des cartes. NB : l’aéroport en question sur la carte de droite est celui du comté de Champaign.

aller à Bement

Parlons mode, maintenant. Comme toujours, les tenues de Marilyn ont des petits goûts de challenge.
Si vous avez cru qu’une seule et unique tenue est présentée par Marilyn, vous faites, comme moi jusqu’à aujourd’hui, une erreur ! Cependant la tenue varie qu’avec les accessoires qui y sont associés.
Nous savons, d’après le récit d’Eve Arnold, qu’elle n’avait prévu qu’une seule et unique robe puisque la photographe dû la repasser lorsque la troupe de se retrouva dans la (supposée) maison de Carleton Smith.

Lorsque Marilyn part de New York, les accessoires sont les suivants : chaussures blanches, gants blancs, pochette blanche et boucles d’oreille rondes blanches mates avec des strass autour. Elle gardera cette allure jusqu’à la sortie de la maison dans laquelle Eve Arnold a repassé sa robe.

06081955 en route vers bement escale chicago (13)

Pour en revenir aux boucles d’oreille, vous les connaissez tous sans le savoir : elles appartiennent à la tenue de la fameuse scène de la robe blanche s’envolant au dessus d’une bouche de métro dans « Seven year itch » ! Et oui !
Mais cette découverte m’interpelle grandement. Nous sommes en août 1955, le tournage de ce film s’est terminé en novembre 1954, et Marilyn n’a pas remis les pieds à Hollywood depuis… excepté début janvier 1955 pour des dernières « retouches » pour ce film. Alors, les a-t-elles pris à ce moment là ? Les avaient-elles gardées après le tournage de la scène ? Marilyn avait cette manie d’emprunter bon nombre d’accessoires au Studio pour ses apparitions publiques. Ou tout simplement, ces boucles lui appartenaient-elles ?

boucles oreille blanches

Pour la visite « culturelle » et le concours de barbes, elle arbore des accessoires noirs : chaussures, gants et pochette. Les boucles d’oreille quant à elles, ne sont bien évidemment pas noires. Elles ont cependant changées ! La forme est identique aux précédentes mais cette fois-ci, le centre est nacré et plus bombé tandis que le pourtour en aspect « dentellé » (si je puis l’exprimer ainsi) semble être doré.

ens noir

Comme les précédentes, les boucles d’oreille ne nous sont pas étrangères.
La première fois qu’elles apparaissent aux oreilles de la star, c’est lors d’une conférence de presse le 16 avril 1954 dans la loge de celle-ci.
Un peu plus tard, sur le tournage de « There’s no business like show business », Marilyn les porte à nouveau pour une scène ou séance photos étrange que je n’ai pas encore étudié. Sur le plateau de tournage, les chaises portant les noms de chaque acteurs sont alignées. Ils posent se retournant pour que l’on distingue bien leur visage.
Enfin le 12 septembre 1954 lors d’une soirée à New York au Stork Club, Marilyn accompagnée de Joe DiMaggio, porte une tenue noire et ces boucles.
Je ne crois pas me tromper en disant que ce bijou devait lui appartenir.

boucles oreille nacrées

Et cette jolie robe d’été me direz-vous ? Et bien, elle a aussi une petite histoire.
Marilyn la porta à divers occasions dont une précise : l’anniversaire d’Elia Kazan le 7 septembre 1955.

07091955 kazan bday

Il existe aussi plusieurs clichés de fans durant cet été 1955 montrant Marilyn déambulant dans les rues moites new yorkaises avec cette jolie robe. L’une d’elle montre Marilyn radieuse photographiée sur Park Avenue (à noter les boucles d’oreille très fines). Sur une autre, Marilyn est accompagnée de Milton Greene (en tout cas, cela lui ressemble drôlement). Trois autres en couleur (mais de piètre qualité) nous présente Marilyn, manteau à la main s’en allant vers une soirée. Souvent ces quatre photos (les couleurs et celle avec Greene) sont associées à la soirée organisée pour l’anniversaire d’Elia Kazan…

été 1955 nyc

Il existe un petit mystère concernant cette robe. En 1999, lors de la célèbre vente Christie’s, le lot 133 présente deux robes identiques exceptées par la doublure : l’une est blanche et l’autre bleue.
Alors, Marilyn porte-t-elle la même robe sur tous les clichés que je vous présente ici ? Personnellement, je n’ai pas la réponse…

Christie's 1999

Pour l’anecdote, ce lot était estimé entre 6000 et 8000 dollars. Il sera vendu pour la modique somme de 6325 dollars. J’avoue ne pas me rappeler si elles furent revendues depuis.

Retrouvez toutes les photos de ce récit dans l’album « Marilyn Monroe 1955« .

Publicités

2 réflexions sur “En route vers Bement !

    • Merci beaucoup, cela me touche ce compliment.
      Le plus surprenant dans ce post c’est que je ne mettais jamais intéressé pour cet épisode de la vie de Marilyn pourtant il est très intéressant parce qu’il montre que beaucoup de personnes utilisaient sa célébrités et sa gentillesse. Cela ne devait pas être facile de savoir si les gens vous cotoyaient pour vous même ou pour l’image célèbre que vous êtes. Cette expérience a dû la traumatiser un peu et lui faire comprendre que les soit disant intellectuels de New Yok ne valaient pas forcément mieux que les nababs d’Hollywood…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s