Jean Paul Gaultier et Jeanne Lanvin au Musée

Au mois de mai dernier, j’ai fait une journée « musées » à Paris. La thématique de la journée ? la Mode. Deux lieux : le Grand Palais et le Palais Galliera ; deux ambiances : grands espaces, technologies pour l’une et feutrée, chic pour l’autre ; deux époques : les trente dernières années, et les trente premières du XXème siècle.

La première rétrospective, au Grand Palais, vous en avez forcément entendu parler, Jean-Paul Gaultier fait son show.
Après quelques années d’attente, cette rétrospective est enfin arrivée sur notre territoire, à Paris dans la ville qui a vu naître et façonné ce trublion de la Mode.

le grand palais jpg 2015

L’exposition est impressionnante par le volume de pièces présentées mais ce qui surprend le plus c’est la mise en scène.
De façon classique les vêtements sont présentés sur des bustes et autre mannequins mais voilà, le monde de Gaultier a toujours ce petit plus qui le caractérise…
Dès la première salle, il vous parle non pas via un haut parleur mais bien (presque) en chair et en os ! Et là sous vos yeux ébahis vous remarquerez que certains mannequins vous regardent, vous parlent, chantent même. Cela a quelque chose d’étrange, d’effrayant parfois.

Six tableaux vont durant un peu plus d’une heure d’errance défiler sous vos yeux. La Chronologie en est la base.
Dans la première salle vous vous retrouvez face aux premières oeuvres des années 70, du couturier faites de bric et de broc puis, le talent s’affirme et se dévoile.

le grand palais jpg 2015 a

Dans la deuxième salle, un podium sur lequel défile les modèles. Vous êtes partie intégrante de l’évènement. A droite d’autres vêtements dans l’esprit punk absolument punchi, à gauche, les différentes personnalités qui assistent au défilé de Gaultier. En fond sonore, cette voix qui décrit chaque modèle… un vrai défilé se passe sous vos yeux.

le grand palais jpg 2015 b

Espace intermédiaire, les artistes que la couturier a habillé. Bien évidemment, Madonna en est la pièce maîtresse avec les costumes du « Blond Ambition tour »(1990) mais aussi ceux du « Mdna tour » (2012). Forcément, vous vous doutez bien que c’est ce tableau qui a fait battre mon coeur comme jamais. Pourtant lorsque j’ai vu le costume du « Mdna tour », je pensais : « moi j’ai pu voir la vraie Madonna dedans ! ».
D’autres costume m’ont impressionné comme ceux de Mylène Farmer ou encore celui de Catherine Ringer.
A noter que cet espace est divisé en deux par un superbe escalier qui lorsque vous le montez crépite de flashs faisant de vous une star…

le grand palais jpg 2015 c

A l’étage, un espace esprit boudoir s’ouvre à vous. Cela oscille entre cabaret, les boîtes de strip tease ou carrément SM. Difficile de faire des photos avec cette lumière très faible mais j’espère que cela vous en donnera une idée…
Les pièces sont absolument splendides. Les jeux de satins, les corsets vous enivrent. Par contre, l’espace consacré à cette thématique de la seconde peau où le vêtement n’est que le reflet du corps nu ne m’a pas enchanté. Ce n’est pas ce que je préfère chez Gaultier même si l’idée est vraiment rigolote et totalement à contre pied de l’idée même de Haute Couture.

le grand palais jpg 2015 d

Puis nous arrivons dans la salle que je préfère : celle où l’ethnique est la règle.
Les tenues sont toutes absolument sublimes… je bavais devant chaque modèle que je détaillais à chaque regard. Un délice pour mes yeux.

le grand palais jpg 2015 e

Tout doit avoir une fin et quoi de mieux que celle d’un défilé : la robe de mariée. Un florilège du talent du couturier est proposé.
Elles sont la quintessence du travail de Gaultier. Contrairement à beaucoup de ses compères, Gaultier est un vrai créateur habillant autant les femmes que les hommes. Chaque modèle est une histoire et ne se confond jamais avec un autre qu’il aurait pu faire pour une autre saison. Les robes de mariées le prouvent parfaitement.

le grand palais jpg 2015 f

Je quitte Gaultier et le Grand Palais pour retrouver le Palais Galliera et la grande Jeanne Lanvin.
Le lieu est intimiste, le parquet craque sous vos pieds, je change d’univers. La présentation est bien différente. Des mannequins, des boîtes piano jouant de miroirs nous ouvrent les portes d’un savoir faire qui a fait la grandeur de la mode parisienne.
Contrairement au Grand Palais, les photos sont ici strictement interdites. La fragilité des pièces forcent le respect et à aucun moment vous pensez trahir cet interdit. (Les photos que je vous montre se trouvent sur le site du musée).
La circulation au Palais Galliera est bien différente de celle du Grand Palais. L’intimité de ce palais l’emporte sur l’immensité des espaces de l’autre. La chronologie reste la maîtresse de lecture.
Personnellement, j’étais comme une gamine dans un magasin de bonbons. Ce fut pour un moi un moment de grâce, une parenthèse temporelle et spatiale.
Fan absolument de ce début de siècle avec pour concrétisation les années d’entre deux guerres, Jeanne Lanvin est certainement ce que la Mode nous a donné de plus beau. Les coupes, les tissus, les couleurs, ce bleu éternellement réinventé, les broderies… tout chez Lanvin vous donne le frisson.

palais galliera jeanne lanvin

Vous l’aurez très certainement compris, Jeanne Lanvin l’a emporté face à Gaultier dans mon coeur.
Ce fut très amusant de faire les deux à suivre. Deux univers si loin dans la conception du vêtement et pourtant si proche dans la perfection du détail.

Je vous conseille, si vous en avez l’occasion, d’aller voir ces deux très belles expositions qui vous feront comprendre qu’un vêtement n’est pas qu’un vêtement et surtout que certains ont passé leur vie à le magnifier.

Pour cela voici les liens pour avoir toutes les informations inhérentes à chaque exposition :
Jean Paul Gaultier au Grand Palais
Jeanne Lanvin au Palais Galliera

Question achats, pour l’exposition de Gaultier, je ne vous conseille absolument pas le catalogue du Grand Palais qui pour moi, ne vaut pas son prix mais surtout ne vous donnera aucune idée de l’exposition ! Par contre, si vous deviez en acheter un ce serait celui de l’exposition canadienne. Bon c’est vrai qu’il y a 20 euros d’écart mais franchement il les vaut. Je ne le possède pas encore mais il est sur ma « wish list »… Pour info, il est d’un très grand format dans un boîtier plastique avec un imprimé marinière.
Je suis tout de même repartie avec un petit cahier proposant la photo de Pierre et Gilles utilisée pour l’affiche de l’exposition, ainsi qu’une carte postale et un sac esprit cabas Tati.

le grand palais gaultier produits dérivés

Concernant la rétrospective consacrée à Jeanne Lanvin, achetez les yeux fermés le catalogue ! Il est d’une richesse inouïe voir technique (je comprends pas tout parfois). Plus de 340 pages de bonheur qui vous feront oublier que vous n’avez pas pu faire vos propres photos.
J’ai aussi craqué pour la version light à 5€ qui est un mini catalogue. Il reprend les grandes lignes de l’original. Deux cartes postales m’ont aussi accompagné sur le chemin du retour…

palais galliera jeanne lanvin produits dérivés

Bien d’autres expositions m’intéressent, notamment celle consacrée à Le Corbusier ou encore celle « 120 ans de Cinéma » ou bien celle sur le Studio Aardman au musée des Arts Ludiques… mais en une journée point possible de tout voir ! Cet afflux d’expositions, de rétrospectives est bien la seule raison qui me fait regretter de ne pas habiter Paris…

Retrouvez toutes les photos de l’exposition Gaultier dans l’album photos « Expositions« .

Publicités

2 réflexions sur “Jean Paul Gaultier et Jeanne Lanvin au Musée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s