Lecture sur un manège par Eve Arnold

Retour sur notre calendrier maison. Nous y découvrons pour le mois de mai 2015, une charmante et touchante Marilyn assise sur un manège d’enfants lisant « Ulysse » de James Joyce.

1955 eve arnold

Cette séance a eu lieu en 1955 au Mount Sinai, Long Island pas loin de New York. La photographe n’est autre qu’Eve Arnold avec qui Marilyn travaillera à de très nombreuses reprises. Elle lui faisait confiance, certainement parce qu’elle était l’une des très rares femmes photographes de l’époque.
Dans ses mémoires marilynesques apparues pour la première fois en 1987 sous la forme d’un livre entre récits et photographies dont le nom est « Marilyn for ever », Eve Arnold décrit les différentes séances faites avec Marilyn.

marilyn par Eve arnold livres

Son récit pour cette séance au tee shirt rayé, est assez confus quant à la date de la séance. Elle dit qu’elle a eu lieu en 1952, ce qui est impossible au vu de la coiffure, du lieu (la côte Est) et surtout des personnes que Marilyn côtoie à cette époque : entre autres les Rosten. Incontestablement, la séance a bien eu lieu en 1955.
Par contre très difficile de juger du mois qu’Eve Arnold place à début septembre. D’une part elle dit que cette séance est la première avec Marilyn ce qui semble bizarre puisqu’elle accompagnera la star au mois d’août à Bement dans l’Illinois… Soit Arnold se trompe sur la date soit elle considère que c’est la première vraie séance avec Marilyn puisque le voyage à Bement est plus de l’ordre d’un reportage.
Une chose est sûre, cette séance est réalisée pour la magazine « Esquire« .

1955 eve arnold

Eve Arnold décrit la séance de la façon suivante :

Lorsque nous sommes arrivées à l’aire de jeux, il était presque dix sept heures. Elle travailla rapidement et efficacement, regardant l’objectif d’un air enjôleur et vulnérable. L’observer séduire l’objectif était une expérience unique.

Il est assez amusant de constater que le lieu, les poses de Marilyn la décrivent parfaitement. L’aire de jeux traduit ce côté enfantin que nous lui prêtons très facilement. Ne dit-on pas qu’elle est une « femme-enfant » ? Plus sérieusement, il traduit cette innocence que Marilyn n’a jamais céder devant les années. Plus tragiquement, nous pouvons aussi y voir cette envie de plus en plus grande d’avoir des enfants…
Et puis nous avons ce thème saisissant de la lecture, cette sensation de toujours vouloir apprendre. Ici se cristallise ce qu’elle est profondément. Arnold a su saisir la personne. Ces photos sont d’une splendeur unique. Malgré le sérieux qui se dégage, les couleurs, la douceur qui se dégage du visage de Marilyn, nous la rend profondément humaine. Elle est une amie avec qui l’on partage un moment de partage, de complicité.

La séance ne s’arrête pas là. Arnold continue son récit :

C’était amusant de la regarder et de la suivre là où elle vous emmenait. L’arrivée au marais se fit à point nommé : il n’y avait pas une ombre ; et la lumière, très douce, variait d’un jaune pâle à un safran profond.
Dans la voiture, Marilyn s’était changée, optant pour un maillot de bain imitation léopard. L’idée ud léopard dans les joncs du marais lui plaisait […] C’est moi qui mis fin à la séance lorsque la lumière commença à décliner.
Couverte de boue mais grisée, elle riait.

1955 eve arnold maillot léopard

A ces photos nous pouvons ajouter celles au maillot de bain à motif damier noir et blanc. Deux temps existent.
Le premier est celui au livre « Ulysse » qui est peut-être avant le plongeon dans le marais. Puis le second où on peut la voir avec le chien, après qu’elle se soit lavée de la boue du marais. Toutes les hypothèses sont permises !

1955 eve arnold maillot losanges

Pour revenir à notre point de départ, retour à ce joli haut rayé de toutes les couleurs.
Marilyn le gardera dans sa garde robe encore au moins deux ans. Nous pouvons la voir le porter lors d’un séjour à l’été 1957 à Amagansett, sur Long Island, à deux heures de route de New York. Arthur et Marilyn y louèrent une maison pendant la durée des travaux de leur maison de Roxbury.
Il est facile de supposer que toutes les photos que nous voyons ici ont été prises par Arthur Miller… regardez bien la première photo du lot.
Elle est absolument radieuse, épanouie, heureuse. Je suis une fan immodérée de ces clichés, c’est la Marilyn que j’aime par dessus tout.

1957 long island

La photo centrale est apparue sur la quatrième de couverture du dernier livre de James Haspiel « The unpublished Marilyn » et sur la couverture du livre « Girl Waiting ».

livres photo haut rayé 1957

Enfin, il est assez étrange que les photos d’Eve Arnold prises en 1955 apparaissent très peu (voir pas du tout) en couverture des magazines. Dans ma collection, je ne les ai retrouvées que sur la Une de journaux ! l’un d’eux annonçant la mort de la photographe en janvier 2012…

eve arnold journaux

Retrouvez toutes les photos dans les albums : « MM par Eve Arnold« , « Marilyn Monroe 1957 » et « Marilyn Monroe Collection« .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s