Marilyn version Max Factor

Depuis l’annonce par la société Max Factor de l’utilisation de l’image de Marilyn Monroe pour sa nouvelle campagne publicitaire, un malaise s’est installé chez de nombreux fans.

glamour

Outre le fait que son image est une énième fois utilisée pour vendre du maquillage (* voir à la fin de l’article), la firme Max Factor émet de fausses vérités.
Dans leur déclaration marketing, Max Factor dit d’une part :

Marilyn a fait de la bouche rouge sensuelle, du teint de porcelaine et du trait d’eyeliner spectaculaire le plus beau look des années 40 et celui-ci représente toujours un grand classique dans l’univers de la mode et de la beauté. Il incarne le glamour comme aucun autre.

D’autre part, la compagnie ajoute :

Norma Jeane est entrée dans l’immeuble de la marque à la fin des années 40 brune et, merci Mr Max Factor, est réapparue en blonde platine, un look parfait pour Marilyn Monroe.

Petit cours d’histoire sur Max Factor et Marilyn pour mieux comprendre.

MAX FACTOR

Il naît en Pologne en 1877 sous le nom de Maksymilian Faktorowicz.
Ses parents ne pouvant s’occuper de son éducation (il venait d’une fratrie de 10 enfants), il le place en tant qu’apprenti pharmacien.
A 20 ans, il possède sa propre boutique dans la banlieue de Moscou. Il y vend ses propres crèmes, rouge à lèvres, parfums et autres perruques qui deviennent les produits préférés d’une troupe de théâtre engagée par la famille impériale russe. Il devint alors l’expert officiel en cosmétiques de l’Opéra Impérial et de la famille impériale. Une nouvelle vie faite de gloire et de richesse s’offre à lui.
En 1904, il part aux Etats Unis pour l’exposition universelle de Saint Louis, avec femmes et enfants. Arrivés aux USA, ils ne passent pas par Ellis Island, son statut nouvellement acquis auprès de la cour impériale russe lui permet de voyager parmis les nantis. Avec sa famille, il passe simplement la douane sur le quai… Il ne repartira plus. C’est au passage de la douane que son nom se transforme en Max Factor.
Le succès de son stand à l’exposition universelle est immense. Le slogan : « cosmétiques, parfums et produits capillaires signés par l’ancien esthéticien de la famille royale de Russie » y est forcément pour beaucoup, mais c’est bien évidemment la qualité de ses produits qui sont à l’origine de sa fortune.

max-factor

Le maquillage n’étant pas à la mode, pour vivre, il ouvre un salon de coiffure pour homme.
En effet, en ce début de XXème siècle, le maquillage est considéré comme une perversion parce qu’utilisé par les acteurs et surtout actrices ainsi que par les prostituées. Il a aussi une mauvaise réputation dû aux ravages des produits au plomb et autres produits toxiques utilisés jusqu’alors.
Cependant, une nouvelle mode va faire changer tout ça : la popularité grandissante du Cinématographe.
Max Factor est subjugué, comme tant d’autres, par ce nouveau loisir qui est produit en grand nombre par les américains qui viennent de créer un nouvel eldorado du nom d’Hollywood. Mais à la différence des autres spectateurs, il remarque la qualité médiocre du maquillage et autre perruque. Il y voit son avenir.
La mort de sa femme en 1906 précipite les choses. Il se remarie en 1909 et décide alors de faire le voyage jusqu’à Los Angeles qui est aussi et surtout en ce début de siècle un lieu de pétrole.

hollywoodland-panneau-hollywood-02

Il reprend ses formules chimiques et se met à créer des maquillages adaptés pour l’écran.
En 1918, il met au point une gamme de couleurs pour le visage en fonction de la couleur de peau et de cheveux. Le succès au sein des studios est incroyable. Il accroît encore en 1922 lorsqu’il commercialise ses fonds de teint dans des tubes rétractables avec un nuancier de 31 teintes !
Hollywood remarque alors que les actrices conservent leur maquillage en sortant des studios. La bonne société va vite s’emparer de cette nouvelle tendance.
Clara Bow fait fantasmer toutes les femmes avec ses lèvres charnues et séduisantes. A l’époque, le rouge à lèvres tel que nous le connaissons n’existe pas encore, c’était une pommade. Pour Clara Bow, Max Factor appliquait avec légèreté sur sa bouche cette pommade, puis il terminait par un trait de pinceau sur le contour des lèvres.
Les yeux charbonneux de Theda Bara font tout aussi fureur. En 1926, Max Factor invente le mascara waterproof.
Les barrières de la respectabilité tombe une à une sous les assauts des vedettes et autres stars de l’écran.
Dans le même temps, le terme cosmétique est remplacé par un nouveau mot : « make-up« .

max factor stars

Max Factor ne s’arrête pas au maquillage, il comprend vite l’importance de la lumière et par conséquent de la couleur des cheveux des actrices : la blondeur est un atout à l’écran.
Il décolore ainsi les cheveux de Jean Harlow en une nuance quasiment blanche : le platine (selon la légende…).

081514-max-factor-594

En 1927, il décide de lancer une gamme de produits pour le grand public. Toutes les femmes veulent ressembler aux stars glamour de l’écran.
Jusque là la compagnie n’avait jamais fait de publicité à grande échelle excepté lors de démonstrations de maquillage dans les cinémas avec pour slogan : « Essayez les célèbres cosmétiques de stars Max Factor et voyez à quel point vous pouvez être belle ».
Pour conquérir le pays et s’assurer un succès incroyable, Max Factor va signer un accord avec les différents studios de Cinéma. Les actrices seront les ambassadrices de la marque qui fera alors la promotion de leurs derniers films. Le coût pour Max Factor ? Un dollars par actrice !
Toutes les stars sont là : Mary Astor, Clara Bow, Jean Harlow, Rita Hayworth, Lucille Ball, Joan Crawford, Carole Lombard, Ginger Rogers, Betty Grable, Lana !turner, Myrna Loy, Claudette Colbert…
Dans les années 50, toutes les grandes actrices et les starlettes en herbe voudront être des « Max Factor Girl ».

max factor ads stars

En 1928, Max Factor décide d’acheter un gigantesque établissement au coin d’Hollywood Boulevard et Highland Avenue, il le rénove dans le pur style Art Déco. Il lui en coûte 600000 dollars. Il n’ouvrira qu’en 1935 à cause de la Grande Dépression de 1929.
Le soir de l’inauguration, une fête magnifique comme seule Hollywood savait le faire, avec Jean Harlow, Ginger Rogers, Rochelle Hudson et Rita Hayworth pour couper les rubans des salons d’essayages !
Ces salons sont au nombre de quatre : brunes, rousses, blondes, châtains. Max Factor met en scène la formule qui l’a rendu célèbre et surtout indispensable à Hollywood.

maxfactorbuilding

Avec l’arrivée du Technicolor il le sera encore plus. Comme pour chaque évolution technique des tournages, Max Factor crée de nouveaux produits s’adaptant aux nouvelles exigences.
Il invente une nouvelle gamme baptisée « Pan-Cake ». Ses flacons sont aplatis et sa consistance ressemble à du gâteau. Le produit est encore plus flatteur et propose des nuances plus subtiles.
Les premiers test sont fait pour le film « Vogues of 1938« . Les produits seront aussi utilisés lors du tournage de « The Goldwyn Follies » qui les créditera au générique sous : « Color Harmony Make-up by Max Factor« … une première.
Son fils Frank, lancera au même moment une formule spéciale grand public notamment avec des publicités couleur dans le magazine « Vogue ». Les ventes dépassent les espérances. D’ailleurs la vente de ce produit sera qualifiée « la plus rapide et la plus grande envergure de l’histoire des cosmétiques pour un simple produit ».

vogues of 1938 1933-max-factor

Malheureusement, Max Factor meurt au mois d’août 1938 et n’aura pas la chance de voir ce succès.
Cependant, Frank continue les innovations. En 1940, il lance un nouveau rouge à lèvres indélébile pour lequel il invente une « machine à embrasser » pour le tester. Ce produit se nomme le rouge à lèvres « Tru-Color ».

$_57'46 VTG Magazine Ad Max Factor Cosmetics Tru Color Hollywood Rita Hayworth

La seconde guerre frappe le monde. Les femmes restent accro au maquillage. La firme quant à elle se joint à l’effort de guerre en créant notamment un maquillage de camouflage.
Au retour de la paix, la coquetterie se revêt de rouge à lèvres et autres fonds de teint. Si Max Factor règne en maître au sein des studios, la concurrence s’accentue sur le terrain du grand public.
L’influence d’Hollywood et de ses stars s’érode, le marché évolue, la télévision prend de l’importance au cours des années 50. Pour cette raison, la société développe une nouvelle gamme avec l’arrivée de la télévision couleur : Max Factor Color TV Make-up.

1951 Hollywood Max Factor Ad Movie Star Mona Freeman

Les années 60 sont celles de la continuité même si désormais la majorité des clients sont le grand public et non plus des professionnels. L’entreprise est désormais une grosse firme qu’il faut faire tourner.
Les années 70 voit la disparition de la famille au sein de la société. Ce qui n’empêche pas les succès notamment dans le domaine de la parfumerie.
Max Factor appartient au fur et à mesure des années à différents groupes. En 1991, c’est Procter & Gamble qui rachète la société à Revlon pour la somme d’un milliard de dollars. Actuellement, Max Factor est toujours dans son giron.

Pour avoir l’historie complète et passionnante de ce révolutionnaire du maquillage, visitez : « Cosmetics and skin : Max Factor » (une véritable mine d’informations exceptionnelles).

 

MARILYN MONROE

Rassurez-vous, je ne vais pas faire une biographie complète de Marilyn mais nous allons nous attardez sur sa transformation de Norma Jeane en Marilyn Monroe. Je vous demanderai une très grande attention sur les dates.

La carrière de Marilyn Monroe commence au début de l’année 1945 lorsqu’un photographe de l’armée David Conover la découvre dans une usine.
Le 2 août 1945, la jeune Norma Jeane signe au sein de l’agence de mannequin « Blue book model agency » dirigée par Emmeline Snively. Dans son dossier d’entrée il est stipulé : « cheveux trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées ».

1945

Au début de l’année 1946, sous les conseils de Snively, Norma Jeane se rend au salon de coiffure hollywoodien alors très en vogue, le Frank & Joseph Hair Stylists. Snively explique a Norma qu’éclaircir ses cheveux lui donnera plus de travail parce que les blondes attirent beaucoup mieux la lumière.
C’est Sylvia Barnhart qui s’occupa de la transformation de la chevelure de Norma en un blond cendré.

1946 frank & joseph 1946 frank&joseph

La couleur des cheveux de Marilyn changea les années suivantes passant du blond cendré au blond argenté ou encore blond miel. A chaque film correspond une teinte différente jusque 1952 où elle prit partie pour le blond platine.
On peut tout de même remarquer un changement notoire lorsqu’elle signe un contrat de 6 mois à la Columbia le 9 mars 1948 pour laquelle elle tournera « Ladies of the chorus« .
La star du studio est la grande Rita Hayworth. La coiffure de Marilyn est alors calquée sur celle de Rita. Cependant pas question de teindre la jeune recrue en rousse, la couleur reste blonde mais le traitement à l’eau oxygénée va les rendre platine. Beaucoup de stars des années 40 sont blondes comme Lana Turner, Betty Grable, c’est la grande tendance du moment.

1948 columbia1948 columbia transformation (6)

Le traitement pour rester blonde platine comme son idole Jean Harlow est très coûteux, Marilyn, à nouveau sans contrat, doit faire attention à son argent. Ses cheveux redeviennent plus foncés.

1948 ladiesof (1)

Lorsqu’elle rencontre Johnny Hyde au début de l’année 1949, son style va encore évoluer. Sa blondeur s’accentue et ses cheveux raccourcissent mais ce résultat sera vraiment visible qu’à partir de 1950 avec les films « The Asphalt Jungle » et « All about Eve ».
Le changement se fait aussi question maquillage. Le style est plus raffiné. Hyde lui fait faire de légères interventions de chirurgie esthétique pour parfaire sa plastique.
Allan Whitey Snyder est son maquilleur attitré. Il rencontra Marilyn pour la première fois pour son premier bout d’essai à la Fox en 1946 !
De quelles manières sont-ils restés en contact ? Je ne sais pas. Toujours est-il qu’il va maquiller Marilyn jusqu’à sa mort et même pour son enterrement comme elle lui avait fait promettre quelques années auparavant.
Snyder a expliqué à plusieurs reprises que Marilyn avait ses propres astuces qu’il n’a jamais vu chez d’autres actrices. Elle savait parfaitement comment mettre en valeur les traits de son visage avec telle ou telle ombre à paupière. Son rouge à lèvres est en fait un mix de trois couleurs. Marilyn avait ses petits secrets. Comment a-telle acquis ses compétences ? En écoutant, en regardant, en étant attentive, en essayant (les différentes séances de photos attestent de ces changements parfois infimes mais bien réels), friande de savoirs tout simplement.
Au final, avec l’aide de Snyder, ils ont créé un style unique qui trouvera sa perfection en 1952 et qui fera sa gloire : celui de Marilyn Monroe, créature imaginaire parfaite.

films mm 47-52 mm 1946-53

Durant les années suivantes, la coiffure, le maquillage évolueront principalement en fonction des modes. Le changement le plus frappant reste celui effectué au dernier trimestre de l’année 1961, que l’on peut admirer durant le tournage de « Something’s got to give » et les autres apparitions effectuées cette année là.
Les cheveux sont terriblement abîmés, leur couleur est blanche, Marilyn l’appelait « taie d’oreiller ». Le trait d’eye-liner est plus visible, so sixties, la paupière plus marquée avec cette ombre très claire, et la bouche plus rose que rouge.

films mm 53-62

Lors de la célèbre vente chez Christie’s au mois d’octobre 1999, une malle de maquillage fut mise en vente. A l’intérieur, il restait quelques effets de la star.
Nous y trouvons toutes les grandes marques de maquillage de l’époque : Max Factor pour les rouge à lèvres mais aussi Elizabeth Arden, Revlon et Helena Rubinstein.

1999 malle maquillage

Alors d’après vous, que devons-nous penser de cette nouvelle campagne publicitaire de Max Factor ?

 marilyn-monroe_max_factor-800x600

Si Max Factor a indéniablement marqué l’histoire du cinéma en ne cessant jamais d’innover, l’affirmation que c’est cette compagnie qui a inventé Marilyn Monroe est totalement fausse !
D’une part, le service marketing place le look Monroe dans les années 40… alors qu’il est véritablement né au début des années 50, les photos que je vous ai montré sont parfaitement éloquentes ! Certes Marilyn utilisait des produits Max Factor (comme tous les professionnels du cinéma) mais la malle vendue en 1999 nous montrent bien qu’elle utilisait d’autres marques. Elle combinait tout simplement ce qu’elle trouvait de meilleur qu’importe la marque.
Ensuite, la transformation capillaire est loin d’être due à Max Factor. Là nous sommes véritablement dans le mensonge puisque la décoloration n’a même pas eu lieu chez Max Factor mais dans un tout autre salon !

Où ces entreprises s’arrêteront-elles pour vendre leurs produits ? Utiliser des figures légendaires décédées est bien rentable puisqu’elles ne peuvent pas émettre d’objections… Vous allez peut-être trouver ça arrogant mais je pense que c’est à nous de les défendre pour que des fantasmes ne deviennent pas des réalités dans l’esprit de la population !
En attendant, j’espère que cette explication vous permettra de desceller le vrai du faux, et surtout ne pas croire tout ce que ces compagnies essaient de nous faire croire à propos de Marilyn Monroe !


* Ce n’est pas la première fois que Marilyn est associé à des produits de beauté.
De son vivant, Marilyn a vanté les mérites du maquillage Westmore, des shampooings Lustre Creme et Rayve, ainsi que les produits de colorations Hiltone et bien d’autres encore !

1951 raye creme hiltone hiltone 00 hiltone 01 lux lux (1) lux (2)mm ads 001 westmore mm

En 1985 déjà, Max Factor utilise pour la première fois l’image de Marilyn.
La compagnie récidive avec une très belle campagne utilisant de très jolies photos de Greene à la fin des années 90, déjà sur le thème des grandes stars glamour que Max Factor a façonné.

1985 max factor 90's max factor

En 2007, en compagnie de Madonna et Shakira, c’est Sunsilk qui s’empare de l’image de Marilyn.

sunsilk02 sunsilk 00

En France, en 2010, c’est la société Biguine qui crée une ligne de maquillage sur le nom de Marilyn avec des photos de Sam Shaw. Ils pousseront la folie jusqu’à faire une poudre arborant le visage de Marilyn, incroyable !

maquillage biguine marilyn monroe

En 2012, c’est la société M.A.C qui sort une collection capsule arborant des photos de la fameuse « Black Sitting » réalisée par Milton Greene.

mac 2012

J’en oubli certainement mais une chose est sûr, le glamour que Marilyn a créé fait toujours fantasmer !

MAJ : retrouvez les photos de Marilyn en parcourant les différents albums photos du classeur Marilyn Monroe ; et les photos Maw Factor dans l’album « Hollywood Golden Age ».

Publicités

6 réflexions sur “Marilyn version Max Factor

  1. Très intéressant cet historique de Max Factor !

    ÉRIC —– Mail original —–

    • Ce fut long et fastidieux mais c’est plus qu’intéressant !! Je ne dis pas que ce que j’ai écrit ne comporte pas d’erreurs mais j’ai essayé de trouver des informations correctes. Et puis je dois bien ça à Marilyn et surtout à toutes les personnes qui l’ont réellement aidé à devenir Marilyn Monroe !!
      En tout cas l’histoire de Max Factor est incroyable ! La relation avec les studios hollywoodiens est un condensé des évolutions techniques des grandes années du cinéma américain. Le lien que j’ai mis est une source impressionnante et très très intéressante.
      J’espère en tout cas avoir été objective.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s