Il y a 60 ans, un souffle d’air…

1954, Marilyn Monroe est une star de cinéma internationale.
L’année précédente, elle a enchaîné les succès : « Gentlemen prefer blondes » (Les hommes préfèrent les blondes), « How to marry a millionaire » (comment épouser un millionnaire) ; le western tourné durant l’été 1953, « River of no return » (la rivière sans retour) sort en mai 1954 et devient un succès immédiat.
Cependant, Marilyn se lasse des rôles de blonde idiote que son studio, la « 20th century Fox » , lui impose. Elle demande le droit de lire les scénarios avant d’accepter ou non un rôle… impensable !! Les Studios sont les maîtres du jeu, leurs acteurs même leurs plus grandes stars n’ont pas droit au chapitre, ils doivent juste briller. La Fox refuse donc catégoriquement d’accéder à la demande de Marilyn.
Le studio n’avait pas pris en compte la détermination de sa star. En représailles, Marilyn refuse de jouer dans la nouvelle comédie insipide que lui propose la Fox « The girl in pink tights ».

1953

Elle s’enfuit d’Hollywood en décembre 1953 pour rejoindre son fiancé : Joe DiMaggio à San Francisco. Ils décident de se marier le 14 janvier 1954. Joli coup de pub ! DiMaggio est la plus grande star de base-ball d’Amérique (encore aujourd’hui, il est considéré comme un Dieu !). Le public raffole de cette idylle typique du « rêve américain ». En février, Marilyn suit Joe au Japon pour des conférences sur le base-ball. C’est durant ce voyage qu’elle accepte la proposition de l’Armée américaine d’aller encourager les troupes sur le 38ème parallèle, la frontière entre les deux Corée. Les clichés de Marilyn Monroe vêtue d’une simple robe à fine bretelles dans un froid glacial devant des milliers de soldats ravis, font le tour du monde.

mariage dimaggio corée

Face à ce raz de marée publicitaire, la Fox capitule et accepte les exigences de sa plus grande star. Marilyn veut jouer dans l’adaptation cinématographique de la pièce de Broadway, à succès : « Seven year itch » (sept ans de réflexion). Elle y jouera le rôle de « la Fille » et Tom Ewell reprendra son rôle de « Richard Sherman » . Le Studio lui impose tout de même une clause : celle de participer, avant, au film « There’s no business like show business » (la joyeuse parade) dont le tournage aura lieu durant l’été 1954.

theres-no-business-like-show-business-movie-poster-1954-1020143883

Elle enchaîne le 1er septembre 1954 (sans prendre de repos), le tournage tant attendu de « Seven year itch » (sept ans de réflexion) dirigé par Billy Wilder, connu en 1954, pour être le coauteur et réalisateur de nombreux films nominés aux oscars comme « Assurance sur la mort » (1944), « Boulevard du crépuscule » (1950) ou encore « Sabrina » (1954). En 1958, il réalisera la plus grande comédie du cinéma américain : « Some like it hot » (certains l’aiment chaud)… toujours en compagnie de Marilyn.

L’adaptation d’une pièce de théâtre à succès est un gros coup financier pour un studio. Entre l’achat des droits et le tournage, « Seven year itch » coûtera près de deux millions de dollars de l’époque ! La Fox doit être sure que le public sera au rendez-vous lors de la sortie en salle. Le service publicité a alors une brillante idée : le tournage en extérieur.

seven year itch movie

Le 8 septembre, toute l’équipe du film se retrouve à New York, lieu de l’action du film. Dès le lendemain de son arrivée triomphante dans la Grosse Pomme, Marilyn enchaîne interviews sur interviews. Le 10 septembre, elle prend la pose devant l’objectif de Milton Greene dans un tutu trop petit pour elle…
Le 13 septembre, les premiers coups de manivelle sont donnés. Marilyn en peignoir ou en nuisette à la fenêtre d’un appartement, enchante spectateurs et photographes.

7yi peignoirDans la nuit du 14 au 15 septembre 1954, aux alentours de minuit, devant le Trans-Lux Theater, près de la 52ème rue sur Lexington Avenue, la légende est en marche. Malgré l’heure tardive des centaines de curieux s’agglutinent derrière les barrières de sécurité ; ce n’est pas tous les jours que Marilyn Monroe tourne à New York !
Toute l’équipe est sur le qui vive, Marilyn en première ligne vêtue d’une simple robe ivoire plissé soleil. Malgré le froid, Marilyn ne montrera aucun signe de lassitude.
Les acteurs sont en place, Billy Wilder crie « Action ! », Marilyn et Tom Ewell avancent, Marilyn s’installe sur la bouche de métro et là devant les yeux ébahis du public, des journalistes, des photographes, la robe blanche de Marilyn se soulève sous l’action d’un ventilateur placé judicieusement sous la grille pour simuler le passage d’une rame de métro, dévoilant les jambes et la culotte de Marilyn.
Les cris et les sifflements fusent, Marilyn est joyeuse.
Cette scène sera rejouée à plusieurs reprises ainsi que pour les photographes venus immortaliser l’instant, et ce 5 heures durant.

seven year itch

Cette scène est très loin d’être anodine dans ce milieu des années 50. La censure sous l’égide du Code Hays est très présente. Elle interdit beaucoup de choses : notamment de montrer certaines parties du corps.
La Fox connaissait l’impact d’une telle image moitié glamour, moitié sulfureuse ; qui mieux que Marilyn Monroe, la star osant avouer publiquement qu’elle a posé nue pour un calendrier, pouvait incarner cette transgression à la censure ?
Pour ne pas se mettre à dos messieurs les censeurs, le studio avait pensé à tout ! Le costume créé par William Travailla, cette robe ivoire est un modèle du genre : sexy par son dos nu, ses épaules dénudées, mais pas trop par sa longueur, par sa souplesse permettant à la jupe de ne pas coller au corps voluptueux de l‘actrice. Sa couleur rappelle l’innocence, la pureté, la virginité… Tout a été pensé.

7yi black lagoon rue (1) 7yi robe blanche rue (5)

Cette nuit de septembre 1954, tous avaient le sourire, Marilyn y compris, ravie de donner du bonheur aux gens présent ce soir là malgré l’heure très tardive et le froid. Marilyn savait qu’elle devait son succès au public et non au Studio. Pour récompenser son public elle se donnait toujours sans compter. Et puis, elle aimait tous ces objectifs braqués sur elle.

seven year itch color

Cependant, une personne n’avait pas le sourire : son mari, Joe DiMaggio. Cet homme italien avait un tempérament de feu, il était furieux de voir sa femme s’exhiber ainsi en public. Lorsque Marilyn et Joe finirent par rentrer à leur hôtel, une dispute mémorable eut lieu. La légende veut que cette scène mythique de la robe blanche s’envolant, dévoilant les charmes de Marilyn fut la goutte d’eau de trop pour Joe, et mit fin à leur mariage. Ils divorceront 2 mois plus tard.

7yi robe blanche rue

L’ironie de l’histoire est que les prises filmées cette nuit là à New York ne seront pas utilisées pour le montage final. L’excuse : les bruits trop omniprésents de la foule.

En réalité, dès le départ il était convenu que cette scène serait rejouée en studio. Cette escapade new yorkaise n’était qu’un énorme coup publicitaire… qui fonctionna à merveille ! Dès le lendemain, les photos de Marilyn envahirent les pages des journaux et magazines du monde entier. La Fox est désormais sûre que le public va se ruer dans les salles de cinéma.

seven year itch 00 seven year itch color 00

Lors de la sortie du film en juin 1955 (sur le sol américain), le film réalisera le plus gros succès de l’année 1955. Pourtant le public sera un peu déçu. La scène, sous l’influence du Code Hays, proposera des plans plus sages que les photos parues dans les pages des magazines, laissaient sous entendre.

seven year itch film

La robe blanche de Marilyn se soulevant d’un simple souffle d’air, sera l’emblème de « Seven year itch ». Sur les affiches et autres publicités les jambes de Marilyn sont omniprésentes. Une photo de la fameuse scène s’étalera sur 4 étages d’un immeuble new yorkais lors de la sortie du film. Cette image géante provoquera beaucoup d’émois au point que des journalistes eurent l’idée de faire un micro trottoir pour savoir ce que les passants en pense !

affiches sevenyearitch 7yi 1955

Etrangement, cette image ne collera pas à Marilyn. Les films qui suivront seront différents, Marilyn proposera aussi une nouvelle image d’elle-même aux médias. D’autres images imposeront au fil des années non pas une seule facette de la star mais un kaléidoscope chatoyant d’une personnalité riche et multiple.

A sa mort dans la nuit du 4 au 5 août 1962, cette robe blanche s’envolant ne s’imposera pas, non plus, comme un résumé de Marilyn Monroe.
Au milieu des années 70 avec la sortie du livre de Norman Mailer « Marilyn, une biographie », le mythe prend forme. D’année en année depuis lors, Marilyn Monroe devient une icône. C’est alors que l’image de cette robe blanche se laissant soulever par un souffle d’air devint une synthèse du glamour unique, de la fraîcheur, de l’innocence de Marilyn Monroe… et d’une certaine idée de l’Amérique.

Album Photos : « MM 1955 Seven year itch« .

NB : Il existe des milliers de photos de cette séquence. Ce soir je rends juste hommage à un moment de cinéma, je reviendrai plus longuement sur le film et donc cette séquence dans les prochains mois avec des photos absolument incroyable !

Publicités

5 réflexions sur “Il y a 60 ans, un souffle d’air…

  1. Pingback: Première | Crazy for you

  2. Pingback: Seven year itch, Marilyn à la fenêtre | Crazy for you

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s