Carpe Diem

Alors qu je revisite les années 90, la mort récente de Robin Williams m’a frappé. J’ai eu un choc de me rendre compte que cet homme qui m’avait accompagné avec des rôles incroyables durant toute mon adolescence et ma vie de jeune adulte, avait mis fin à ses jours.
La tristesse, la détresse l’a emporté malgré tout l’amour que ses proches et autres pouvaient lui donner. J’ai un ami qui a été dans le même cas, il a mis fin à ses jours au début de la trentaine.
Ce genre de comportement est choquant parce que c’est terrible de se dire que malgré tout, le désespoir l’emporte.
Ces pensées noires sont le pire poison qui existe, il s’infiltre en vous, il vous retire toute envie, toute énergie, les abysses semblent être le seul endroit que vous allez désormais connaître. Plus rien ne vous touche, vous errez, vous n’existe plus vraiment, vous êtes une enveloppe sans âme. Autour de vous, la vie continue avec ses joies, ses peines, vous les voyez, vous les comprenez mais vous ne ressentez plus rien, vous êtes vide. C’est une sensation atroce dont la seule issue est de disparaître pour ne plus avoir à supporter ça parce qu’ errez sans âme, c’est pire que tout.

robin_williams

Alors oui, la mort de Robin Williams m’a profondément touchée. Il me reste ses rôles dans « Le cercle des poètes disparus« , « Good morning Vietnam« , « Hook« , « Madame Doubtfire » ou encore « Will Hunting« … tant de films, tant de rôles. Pourtant il y en a un que j’adore à tout jamais, c’est « Jumanji » ! Je le connais par coeur. Williams transcendait ses rôles parce qu’il leur donnait toujours cette fragilité qui le caractérisait tant. Le rire et la tristesse se côtoyait parce que la vie est comme cela, rien n’est totalement noir, rien n’est totalement blanc, Robin Williams jouait de cette façon. Dans « Jumanji » je ressens profondément cela. L’aventure est le maître mot du film mais le réel sujet est ce petit garçon qui veut retrouver ses parents et plus exactement leur amour. C’est ce que nous cherchons tous ! A nous de ne pas louper l’opportunité de l’attraper.

robinwilliams

Au Revoir, Monsieur Williams.

Publicités

Une réflexion sur “Carpe Diem

  1. une disparition vraiment triste.Un acteur qui comme Bourvil excellait aussi bien dans la comédie que dans le drame.Quel tristesse que ce mal être l’est rongé à ce point

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s