Dans une chambre d’hôtel par Bettina Rheims

En 1994, Madonna sort son 7ème album : « Bedtime Stories« . Après le semi-échec et surtout l’acharnement médiatique subi suite à la sortie, deux ans plus tôt, en simultanée de l ‘album « Erotica » et du livre « Sex », « Bedtime Stories » entame une nouvelle étape dans la carrière de Madonna.

Plus mûre, plus posée, très marquée par la violence des propos envers elle, la Madonna de 1994 laisse percer des émotion qu’elle avait jusque là gardées pour elle. Elle s’est lancée dans une quête de sens… cela l’amènera à la Kabbale peu de temps plus tard.

Bettina Rheims est une photographe française réputée lorsqu’elle fait cette séance en 1994 avec Madonna. Son talent, sa notoriété n’ont cessé de grandir depuis 20 ans. C’est elle qui fera l’année suivante, en 1995, le portrait officiel de Jacques Chirac, nouveau Président de la République.
Personnellement, l’oeuvre qui m’a le plus marqué est celle réalisée en 1997 : « Inri » ou la religion catholique vue par les yeux de Bettina Rheims… une merveille !!!

bettinarheims portrait inri 1997

En 1992, Bettina réalisa une série de photos qui sera éditée sous le nom « Chambre Close« . Dans des chambres d’hôtel un peu miteuses mais toujours avec un papier peint coloré et fleuri, elle a photographiée de jeunes femmes très légèrement vêtue.

chambre close 1992

Je ne sais pas pour quelles raisons elle a voulu reproduire cet esprit mais c’est bien de cette série de photos qui inspire celle faite avec Madonna. Il faut dire que cela va bien avec le titre de l’album…
Cette séance a été réalisée pour la magazine « Details » qui parut au mois de décembre 1994.

Pour cette séance, elle incarne véritablement un personnage. Nous ne sommes plus dans la simple séance photos, elle y joue un rôle. C’est d’ailleurs ce qui fait tout le charme des photos de Rheims. Elle nous donne l’impression de regarder un film, des vies défilent sous nos yeux, réelles ou imaginaires mais toujours bien présentes.
Madonna dans cette ambiance de chambre d’hôtel minable nous y joue la jeune femme en attente de la réalisation de ses rêves. Au fond n’incarne-t-elle pas celle qu’elle était à ses débuts  à New York allant de job en job, galérant, habitant dans des endroits parfois louches mais gardant toujours à l’esprit son rêve de gloire.

Deux ambiances se dégagent de la séance.

La première est celle à la tapisserie au fond rouge donnant un aspect capitonnée au mûr. Le rouge donne de la passion, de la rage, du désespoir aussi, des émotions exacerbées. Les fleurs qui semblent être des roses nous rappellent que la Vie peut aussi avoir de doux côté mais ce rouge flamboyant rend cela plus violent.

Cette première session peut se diviser en trois.

Tout d’abord celle au sol. Madonna vêtue d’un costume de scène : strip teaseuse ? danseuse de cabaret ? Elle est allongée par terre, le visage appuyée contre le mur à hauteur de la plainte. Est-elle heureuse ? Est-elle fatiguée de cette vie ? Subit-elle la rage d’une autre personne l’ayant poussé à terre ?
La tristesse, la lassitude, le doute émane de ses yeux.

bettinarheims 00

Vêtue d’une nuisette noire toute transparente, l’un de ses bas est effilé, cachant sa poitrine entre ses mains, assise sur le bord du lit, le couvre lit est défait… elle semble s’offrir pour de l’argent. Il s’en dégage une certaine gêne, une pudeur de celle qui ne peuvent que choisir cette voie pour s’en sortir.

bettinarheims 02

Plus provocante, plus aguicheuse, dans un ensemble de lingerie noire avec un peignoir de soie chinois, elle maîtrise sa sexualité. Elle en devient agressive pourtant son regard vole au loin, elle est un peu perdue. Vend-elle son corps ?

bettinarheims 01

La deuxième session de la séance arbore des couleurs à l’opposé de la session précédente. L’ensemble est claire, lumineux, joyeux avec ses tonalités de rose, mauve, violet, parme.
Madonna y est aussi plus coquine, elle montre sa culotte et son piercing au nombril ; serrant son blouson de fourrure crème, elle ressemble à une enfant.
Sommes-nous toujours dans l’ambiance d’une femme vendant ses charmes où celle de deux amants sans le sou n’ayant pas d’autres endroits pour faire jaillir leur amour ?

bettinarheims 1994

Lors de la sortie du single « Human Nature » en 1995 (dernier single tiré de l’album « Bedtime Stories »), la photo sur fond rouge, allongée par terre face au mur, servira de support pour la marché américain. Une autre très différente sera utilisée pour la marché européen.
J’ai en ma possession le maxi 45 tours et maxi single digipack. Ce vinyle est le tout premier maxi 45 tours que j’ai acheté à sa sortie concernant Madonna. C’est peut-être pour cela que je voue un éternel amour à cette séance photos de Bettina Rheims…

SONY DSC maxi45t human nature
1995 human nature usa cd maxi

Je vous propose l’un des mix figurant sur ces maxis. Il s’agit du « I’m not your bitch mix« . Attention, pur son années 90 !!!

En 2004, un magazine « Instant-mag » consacra un hors-série sur Madonna avec pour principale ligne photographique cette séance de Bettina Rheims.

instantmag 2004 00 instanmag 2004a
instantmag 2004  instantmag 2004 01 instantmag 2004 02

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s